« Titien, Tintoret, Véronèse… Rivalités à Venise » au Louvre

Il y a un peu plus d’une semaine maintenant, j’ai pris le temps d’étrenner ma carte Louvre Jeune en allant voir l’exposition « Titien, Tintoret, Véronèse… Rivalités à Venise ». Organisée par le musée du Louvre et le Museum of Fine Arts de Boston, elle entend faire le point sur la peinture vénitienne dans la seconde moitié du XVIè siècle, époque au cours de laquelle les artistes de la lagune opèrent une synthèse unique adaptant le maniérisme de l’Italie centrale à leur vision naturaliste du monde. L’exposition met donc en vis-à-vis les œuvres des plus grands peintres vénitiens du XVIè siècle, Titien, Tintoret et Véronèse, mais aussi, comme ne le laisse pas forcément présager le titre, Jacopo Bassano et dans une moindre mesure, Sustris.

Après une introduction évoquant la situation de la peinture dans la métropole à l’arrivée de Véronèse (suprématie de Titien, ascension de Tintoret), l’exposition souhaite montrer, dans un parcours à la fois chronologique et thématique, l’évolution de la peinture lagunaire après 1540. A travers un choix de thèmes communs particulièrement chers aux Vénitiens du « Siècle d’or » (nus féminins, portraits, scènes bibliques et  profanes, nocturnes sacrés et paysages), sont confrontées sous nos yeux les créations des trois principaux peintres de Venise jusqu’à la fin du siècle:
* Titien fait totalement figure de « génie inventif ». Sombre, sauf à ses débuts magnifiquement colorés comme pour « La Vierge au lapin », il déroute par son renouvellement constant. Admirez aussi le portrait du jeune Ranuccio Farnese, parent du pape Paul III, d’une grande beauté au regard plein d’intelligence.
* Tintoret apparait comme le plus étrange et audacieux, maître du clair-obscur et anticipateur du baroque qui a su trouver le juste équilibre entre la couleur et le dessin. On retrouve d’ailleurs dans l’expo l’un des plus beaux et troublants nus féminins de l’Histoire de l’art : « Suzanne et les vieillards ». Si vous y passez, ne la ratez pas !
* Véronèse, spécialiste des tons éclatants, présente une palette incroyable qui a fasciné tous les artistes jusqu’au XXè siècle. Il multiplie les explosions de couleurs resplendissantes et gaies (particulièrement lorsqu’il nimbe d’or l’incroyable beauté des Vénitiennes dont il tire le portrait !). L’expo est l’occasion de redécouvrir de magnifiques tableaux comme « Le Repas chez Simon », le portrait attachant de la comtesse Thiene et de sa fillette, ou encore « Persée et Andromède ».

affiche rivalités à Venise
L’atout majeur de cette exposition est qu’elle permet, à travers une muséographie thématique, de comparer les différents styles de ces artistes, et leurs manières différentes de traiter les même sujets tels que Saint Jérôme pénitent, Danaé ou encore Tarquin et Lucrèce. De plus, le choix de toujours expliquer les œuvres -et CHACUNE des œuvres- par des cartels explicatifs est vraiment appréciable: le Louvre a définitivement un sens de la pédagogie que n’ont pas bon nombre de musées parisiens. C’est rare de ne pas avoir besoin d’un audio-guide pour comprendre parfaitement une exposition. Et ici, non seulement les petits panneaux nous donnent des détails précis sur les tableaux mais en plus, ils nous expliquent les choix de muséographie et les liens entre les œuvres présentées. Chapeau !

Un parti pris pédagogique très agréable donc, qui donne vraiment l’occasion de comprendre l’exposition et pas seulement de la parcourir en observant simplement les œuvres. Néanmoins,même si j’ai appris pas mal de choses que je ne savais pas, je connaissais déjà la plupart des œuvres présentées lors de cette expo et c’est mon seul léger regret… Ceci dit, revoir de si belles toiles est toujours un plaisir, tout le charme et la lumière unique de la Venise du XVIè siècle resplendissent à travers ces œuvres et c’est superbe. A voir, donc ! Et pour ceux qui n’auraient pas le temps ou qui n’habitent pas à Paris, le mini site réalisé par le Louvre est vraiment super bien fait, je vous recommande d’aller y jeter un œil.

C’est où ?
« Titien, Tintoret, Véronèse… Rivalités à Venise »
Musée du Louvre – Hall Napoléon, sous la pyramide (1er)
M° Palais Royal – Musée du Louvre
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9 h à 18 h et jusqu’à 20 h le samedi. Nocturnes jusqu’à 22h les mercredi et vendredi.
Jusqu’au 4 janvier 2010.

10 réponses à « Titien, Tintoret, Véronèse… Rivalités à Venise » au Louvre

Page 1 sur 11
  • Jena dit :

    J’ai prévu d’y aller avant décembre, et ton article ne fait que renforcer ma motivation!
    Pour revenir à ton commentaire sur la pédagogie du Louvre, je ne peux qu’acquiescer… J’ai parfois vu des expos sans aucune explications ailleurs… c’est étrange!

  • Uwe dit :

    Petit ajout : prévoyez trois heures devant vous pour cette expo, et oui si vous voulez tout voir il faut aller au même rythme que les gens du troisième age….

    • Bliss dit :

      Tu es méchant gnark gnark ! Mais réaliste, ok :D Non, en fait, au début il y a beaucoup de monde mais après les 3 premières salles tout le monde se dépêche de bâcler la fin (ça fatigue, c’est sûr… !) donc on est carrément plus tranquille pour regarder les œuvres !

  • Poleen dit :

    J’ai reçu mes billets cette semaine, je pense que je vais y aller d’ici la fin du mois du coup ! Après avoir vu de nombreuses oeuvres à Venise cet été, j’ai hâte d’y aller et ton article ne fait que renforcer ça !
    Bisous

  • Une carte Louvre jeune ?
    La chance !
    Il n’empêche je ne resterai pas là plantée quand tant de merveilles ton billet nous promet : je vais de ce pas regarder si y’a pas une carte Louvre troisième âge ;)
    Merci !
    Anne

    • Bliss dit :

      A partir de 26 ans (moi, j’ai triché, j’ai eu la mienne la veille de mon anniv’), la carte Louvre Jeune est encore accessible mais est juste un tout petit peu plus chère. On peut l’avoir jusqu’à 30 ans depuis cette année !

  • Elizabeth dit :

    Merci de ta critique de l’expo ! Je pensais aller la voir, et tu renforces ma détermination (qui n’avait pas besoin de grand chose… cette expo est sur ma « to do list » dans les priorités!)

    En revanche, je ne savais pas que la carte Louvre jeune fonctionnait maintenant jusqu’à 30ans ! Du coup, j’hésite… je vais aller jeter un œil (car le Louvre, je le connais quasi par coeur… études d’histoire de l’art oblige !)

    • Bliss dit :

      Et oui, quand j’ai vu que l’on pouvait avoir la carte Louvre Jeune jusqu’à 30 ans (même si elle coûte plus que 15€ ça reste raisonnable), j’étais trop contente aussi… Vu les tarifs d’entrée au Louvre, c’est très vite rentabilisé donc si tu aimes t’y balader encore et encore, je te la conseille !

Page 1 sur 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Little Miss Chatterbox
Suivez moi aussi par ici …
instagram