The Air Is On Fire

affiche_LynchJeudi dernier, j’ai eu le plaisir de découvrir la fabuleuse expo « The Air is on Fire » en visite privée semi-guidée (merci la Fnac, pour une fois, qu’ils me font un cadeau, ç’en est un beau et j’tenais à le souligner!). Je suis une grande fan de Lynch, j’adore son univers complètement décalé et onirique (ben oui, c’est la raison principale) et en plus, la Fondation Cartier est à 3 pas de chez moi donc raison de plus pour ne pas râter cette expo.

La fondation Cartier pour l’art contemporain présente donc The Air is on Fire, une exposition consacrée aux multiples facettes de l’art de David Lynch. C’est la première fois que l’artiste expose un aussi grand nombre de peintures, photographies, dessins, films expérimentaux et créations sonores. Pour le public, c’est ainsi l’occasion de découvrir et de revisiter l’art de David Lynch à la lumière d’œuvres inédites installées dans un environnement conçu par l’artiste lui-même et accompagnées d’une programmation de spectacles, concerts et autres évènements dont il est l’initiateur. Célébré pour son cinéma, l’artiste révèle ici toute l’étendue de sa création : peintures, photographies, sculptures, dessins et films dessinent un univers étrange et onirique dans lequel flirtent rêve et réalité jusqu’à confusion.

L’exposition « The Air is on Fire » est née de la profusion régnant dans l’atelier de David Lynch où se pressent, parmi les tableaux, les dossiers étiquetés renfermant quantité de dessins, les boîtes d’archives remplies de photographies. Cette auto collection très bien conservée remonte aux années de lycée et, jusqu’à ce jour, n’a pas été montrée. Révélées à Hervé Chandès, directeur de la Fondation Cartier, ces œuvres sont réunies ici dans une scénographie créée par David Lynch lui-même et ça se sent! Des tableaux sont suspendus à de grands portants métalliques habillés de rideaux,des films d’animation sont projetés dans une salle de cinéma miniature rappelant « Eraserhead » (1977), un dessin de l’artiste est transformé en un décor grandeur nature. Ces environnements constituent une scénographie très personnelle où le visiteur peut entrer en contact avec un nouvel aspect de l’imaginaire de David Lynch, dans une atmosphère qui n’appartient qu’à lui.

expo_lynch

Les peintures, les photographies et les dessins de Lynch évoquent ses expériences d’enfant, ses fantasmes d’adolescent, ses préoccupations d’adulte. Le thème récurrent de la maison, avec ses résonances inquiétantes, apparaît dans des tableaux sombres aux textures organiques et aux messages mystérieux. L’humour ravageur de Lynch est également présent jusque dans ses peintures les plus graves, tout comme il apporte un rire salvateur à ses films les plus déconcertants. Ses photographies saisissent diverses humeurs et ambiances, des plus sensuelles et oniriques aux plus sombres et troublantes. Ses nus, couleur et noir et blanc, développent l’archétype féminin selon Lynch : des créatures à l’allure aguicheuse, dont les lèvres et les ongles sont peints en rouge vif. Ses photos en noir et blanc de paysages industriels explorent la géométrie des formes architecturales et capturent l’atmosphère hors du temps de lieux délaissés par l’homme. La série des « Distorted Nudes » présente des photomontages numériques créés à partir de photographies érotiques datant des années 1840 à 1940; David Lynch en fait naître des créatures qui, bien qu’encore humaines, prennent des formes et des expressions irréelles, presque monstrueuses. Enfin, ses croquis et dessins, présents tout au long du parcours de l’exposition, constituent l’aspect le plus intime de sa création. Montrées pour la première fois, ces œuvres conservées depuis l’adolescence et régulièrement consultées par Lynch offrent un éclairage exceptionnel et libre de toute censure sur son processus créatif. Elles dévoilent ses sources d’inspiration et mettent en évidence les lignes de force qui traversent l’ensemble de son œuvre.

L’atmosphère Lyncheenne est vraiment très palpable dans cette expo à travers tous les éléments que j’ai déjà cités et elle a été renforcée par le fait que nous avons visité cette expo de nuit, erré dans des salles presque vides, sous une musique quelque peu oppressante, un peu comme dans ses films… En bref, fans de Lynch ou d’Art Contemporain, allez-y, c’est vraiment très réussi et ça donne envie de se refaire une fois de plus la filmo de Lynch à la maison tout en compulsant encore et encore le catalogue rempli de ces œuvres énigmatiques et fascinantes.

lynch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Little Miss Chatterbox
Suivez moi aussi par ici …
instagram