Tati à la Cinémathèque

Il y a deux semaines, j’étais invitée par la Fnac à une soirée privée pour découvrir l’expo de la Cinémathèque consacrée à Tati: « Jacques Tati, deux temps, trois mouvements ».

tati

Cette exposition rend hommage à la part d’innovation dans le cinéma de Tati et met en lumière son lien étroit avec le design, l’art et l’architecture de son époque. Dans cette expo, le visiteur peut se perdre dans des détails de ses films et endosse ainsi trois rôles: celui de visiteur, de spectateur et d’acteur. Chaque film possède son espace et est illustré/représenté par quelques objets présentés dans le champ de la caméra de Tati. La maquette de la villa Arpel sortie de « Mon Oncle » – reconstruite grandeur nature au 104, d’ailleurs – ou encore la reconstitution d’une pièce entière de « Playtime » sont là pour illustrer l’aspect résolument moderne du cinéma de Jacques Tati, trop souvent réduit à un pitre dans la droite lignée de Keaton ou Chaplin.

Globalement, j’ai trouvé que l’expo souffrait légèrement d’un manque de contextualisation (c’est souvent le gros problème des expos parisiennes, il faut le reconnaître). Les artistes qui ont influencé Tati sont éclipsés et ceux qu’il a influencés sont absents (ou du moins, présentés simplement en marge de l’exposition). Sans parvenir à intégrer Jacques Tati, trublion de l’après-guerre, dans l’Histoire du Cinéma, l’expo se base un peu trop sur l’anecdote, comme un gros clin d’œil symbolique à des séquences majeures de ses films tout en oubliant le reste. Pourtant à écouter notre guide durant la visite, tout s’illumine et devient clair. Lorsque chaque objet du quotidien de Tati ou bien chaque œuvre d’art contemporaine est commenté, intégré dans un mouvement plus global – les fameux « trois mouvements » dont fait référence le titre de l’expo – le parcours prend une autre dimension, à la fois témoignage d’une époque et témoignage de la vénération que l’on peut encore porter au réalisateur de « Playtime », son film culte. Mais, quand on n’est pas initié au cinéma de Tati et qu’on n’en connait pas les rouages, difficile de saisir toute la portée des choix scénographiques qui ont été faits pour présenter cette expo. S’il n’y avait eu un gentil guide m’expliquant ce qu’il en était (et encore, pas suffisamment à mon goût, je me suis donc achetée le hors-série Télérama), je pense que je me serais sentie complètement perdue au milieu de ce dédale coloré et animé, dont les codes ne sont pas évidents à déchiffrer. Bref, si vous comptiez découvrir et comprendre l’univers de Tati, vous faîtes fausse route en allant à la Cinémathèque ! Selon moi, l’expo est plus destinée à un public initié qui sera content de retrouver des objets familiers et des séquences de films déjà vus.

Dommage, j’en attendais quand même un chouïa plus. L’expo aura au moins eu un mérite: celui de m’avoir donné envie de redécouvrir le cinéma de Jacques Tati. Et c’est déjà pas mal !

C’est où ?
« Jacques Tati, Deux temps, Trois mouvements »
Cinémathèque Française
51, rue de Bercy (12è) – M° Bercy
Jusqu’au 2 août 2009.

11 réponses à Tati à la Cinémathèque

Page 1 sur 11
  • Héloïse dit :

    C’est dommage, je pensais y aller pour apprendre quelquechose :(

  • Marnie dit :

    Comme j’adore Tati depuis longtemps et que je connais ses films (presque) par coeur, cela devrait quand même me plaire. Comme toi je trouve souvent que les expos (et les musées) pêchent par manque de contextualisation et d’explications en général…
    J’ai manqué le n° spécial de Télérama, l’as-tu acheté récemment, est-il toujours en kiosque ?

  • Poleen dit :

    Je ne connais pas du tout Tati, du coup, je pense que je vais voir ces films avant de me lancer dans des expos …
    Bises bon dimanche

  • Bliss dit :

    Héloïse > Désolée :(

    Marnie > Si tu connais ses films presque par coeur, tu es la cliente idéale pour cette expo, crois-moi ! Pour le Télérama, je ne sais pas s’il est encore en kiosque, je l’ai acheté à la librairie de l’expo, moi :)

    Poleen > Effectivement, je te conseille de voir quelques films de Tati avant d’aller à l’expo (particulièrement « Mon oncle », « Les vacances de Monsieur Hulot » et « Playtime »), ça pourra aider ;)
    Bon dimanche à toi aussi (pas trop terni par la défaite de ton chouchou ? ;) )

  • Marnie dit :

    Ok, pour le Télérama ça me rassure, cela veut dire qu’ils en ont un stock à la librairie et je pourrais l’acheter là-bas.
    Tiens, je vois ta remarque à Poleen, je pense que tu parles de Nadal ? Et bien moi je suis ravie car mon chouchou c’est Federer !!! et j’ai toujours eu un faible pour les tennismen suédois ;-)

  • Bliss dit :

    Oui, tu n’auras aucun problème à le trouver là-bas, j’en suis certaine !
    Et sinon, oui, je parlais bien de Nadal ^^ Moi aussi, je suis ravie, non seulement parce que j’aime bien Federer (enfin, pas sûr qu’il gagne, y’a quand même pas mal d’autres très bons joueurs en face !) mais aussi, car y’en avait marre de voir tout le temps le même gagner à Roland Garros. Un peu de suspens c’est bien aussi !

  • Marnie dit :

    Tout à fait d’accord ! Croisons les doigts pour que le beau jeu de Roger soit enfin victorieux !!!!

  • Bliss dit :

    Oui, ce serait tout à fait mérité qu’il gagne cette année, mais bon… wait and see !

  • Emma dit :

    J’attendais ton avis avant de m’y rendre car je me demandais si cette expo était faite pour les néophytes ou s’il fallait s’y connaître un minimum. Comme je n’ai jamais vu un seul film de Tati, je pense que je vais passer mon tour à moins que je rattrape mon retard d’ici la fin juillet.

  • Bliss dit :

    Sincèrement, s’il n’y avait eu le guide, j’aurais été complètement larguée et paumée, tout seule au milieu de ce joyeux foutoir… Donc effectivement, c’est vraiment plus une expo clin d’oeil/hommage qu’une introduction à l’oeuvre de Tati pour les néophytes.

Page 1 sur 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Little Miss Chatterbox
Suivez moi aussi par ici …
instagram