Willy Ronis une poétique de l’engagement

Page 1 sur 11

Hommage parisien à Willy Ronis

Comme je vous le disais la semaine dernière, il y a quelques jours, j’ai eu le plaisir de visiter la nouvelle exposition parisienne consacrée au très grand photographe humaniste Willy Ronis et organisée conjointement par la Monnaie de Paris et le Jeu de Paume.

La sélection de 150 images de cette exposition fort justement intitulée « Willy Ronis, Une Poétique de l’Engagement », a été effectuée à partir de la donation faite par Willy Ronis de son vivant à l’État français. Ce fonds rassemble des milliers de négatifs, documents, albums, vintages et tirages modernes. A l’heure du centenaire de sa naissance et moins d’un an après sa disparition, cette exposition n’est pas seulement un hommage au grand photographe, mais elle a aussi pour objectif de dévoiler des aspects un peu plus inédits de son travail.

Willy_Ronis

L’exposition s’organise autour de cinq thèmes principaux qui, sans être exclusifs du travail de Willy Ronis, sont récurrents tout au long de son parcours:
* La rue, avec Paris comme théâtre privilégié: A l’instar de Brassaï, Doisneau ou Izis, Ronis arpentera les rues de la capitale avec un plaisir toujours renouvelé afin d’immortaliser des scènes pittoresques, des gamins sympathiques, des passants affairés, des amoureux, l’animation des cafés parisiens le soir… J’adore le charme suranné et nostalgique de ses clichés de Belleville et Ménilmontant. Ce sont de magnifiques témoignages du passé, des morceaux de vie de gens ordinaires, des récits anecdotiques, tendres et poétiques.
* Le monde du travail: Militant communiste, Ronis n’a jamais caché son attirance et son empathie avec le milieu ouvrier et c’est ainsi qu’il couvrira les conflits sociaux dans les usines Citroën ou Renault, ou l’industrie textile en Alsace. L’expo nous montre des images sans misérabilisme et permet de se rendre compte de l’engagement actif du photographe envers les laissés-pour-compte.
* Les voyages: J’ai été ravie de découvrir cet aspect moins connu du travail de Willy Ronis ! On découvre ses clichés de Londres en 1955 dans lesquels il offre une image étrange de la ville entre dynamisme et mélancolie. L’expo regroupe également de nombreux clichés des autres voyages de Ronis: Belgique, Pays Bas, New York, Moscou, Prague, la RDA…
* Une dernière salle un peu fourre-tout dans laquelle on retrouve un mélange de photos de nus féminins et de photos prises dans l’intimité de sa vie familiale et amicale

12
2bis
34

J’ai beaucoup aimé cette exposition. Le parcours est assez simple mais clair, les photos sont magnifiques (oui, c’était une évidence mais ça ne fait pas de mal de le rappeler !) et petite cerise sur le gâteau: nombre d’entre elles sont ponctuées de commentaires, souvenirs, anecdotes ou petits détails amusants racontés par Willy Ronis lui-même dans des encarts explicatifs placés judicieusement à côté des clichés. On apprend plein de choses, c’est vraiment intéressant, instructif et même si la plupart des photos présentées ne nous sont pas inconnues, c’est toujours un plaisir incroyable de se plonger dans le regard humaniste de ce grand monsieur de la photo ! Surtout dans un cadre aussi beau que celui de la Monnaie de Paris. A voir.

67
89
10

C’est où ?
Willy Ronis, une poétique de l’engagement
Monnaie de Paris
11, quai de Conti (6è) – M° St Michel
Ouvert tous les jours (sauf le lundi et le 1er mai) de 11h à 19h, et le jeudi en nocturne jusqu’à 21h30.
Tarifs: 7€/5€
Jusqu’au 22 août 2010.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram