Racines

Page 1 sur 11

Racines: ma déception gourmande du mois !

Il y a quelques semaines, vous vouliez savoir quel était le fameux resto duquel nous sommes sortis avec une belle intox alimentaire, ce cher Uwe et moi-même. Et bien le voici !

Depuis plusieurs années, Racines est un établissement tout bonnement encensé par la critique qui ne cesse de lui servir louanges et salves de critiques dithyrambiques. C’est donc avec confiance que je m’y suis rendue pour le tester. C’est une sorte de bistrot à vins qui sert une cuisine presque brute et sans fioriture, où le produit est roi et de très grande qualité. Sur le papier, j’aime beaucoup cet esprit cave à manger et tous ces petits bistrots sympas qui commencent à pousser comme des champignons un peu partout dans Paris. Mais avec Racines, je dois vous avouer que je suis tombée de très haut…


Côté déco, pas grand chose à dire, c’est simplissime: Racines est situé dans le très chouette passage des Panoramas (duquel j’avais notamment parlé ici) et s’est installé dans une ancienne boutique de marchand de vins dont l’enseigne subsiste encore aujourd’hui ! Le restaurant est minuscule (20 couverts), on y est un peu à l’étroit (sans que ce soit étouffant non plus) et la déco est plutôt chouette, style bonne franquette avec des murs recouverts de bouteilles de vins. Je suis un peu moins enthousiaste sur l’accueil et le service qui m’ont paru assez inégaux, selon le moment de la soirée ! Mais le principal problème est ailleurs: le service est vraiment super lent. Extrêmement lent, même: nous avons attendu 45 minutes pour avoir notre plat. Heureusement que nous n’avions pas pris d’entrée, en plus ! Hum.

1
23

La carte est très minimaliste (3 entrées, 3 plats, 1 fromage, 1 dessert) et change régulièrement. Le soir où nous sommes passés, nous nous sommes laissés tentés par la fameuse et réputée poularde « Racines » servie avec des légumes de Blot et le chevreau de lait catalan et sa purée aux herbes. Il faut savoir que Racines est principalement réputé pour la qualité des produits: légumes du potager d’Alain Passard (entre autres), viande de chez Hugo Desnoyer…  Mais sincèrement, autant Passard est un vrai magicien qui sait mettre en valeur de façon unique la saveur des légumes, autant là, il n’y a rien de comparable ! C’est fade, vraiment inintéressant et sans saveur. Proposer du légume à l’état brut, presque rustique, c’est bien joli comme concept mais quand je fais aussi bien chez moi, ça me rend folle de mettre 30€ dans un plat. Faut pas pousser !

Comme vous pouvez le constater, dans l’assiette, c’est cher. Très cher. Trop cher ! Pour ces prix-là (entre 24 et 29€ le plat), je suis désolée, mais on est en droit de s’attendre à quelque chose de bien meilleur que du tiède (forcément, ça a eu le temps de refroidir, nous avons vu nos plats terminés poireauter en cuisine pendant au moins 10 minutes !), du mal cuit, du bof et du fadasse. Rajoutez à ça que le vin (que l’on ne peut pas choisir puisqu’il faut se laisser guider par le choix du patron qui se vexe, apparemment, si on lui réclame la carte) est pas mal mais sans plus. Je n’en suis pas tombée de ma chaise et mes petites bistrots de quartier font aussi bien…

004
vin
005

Pour finir le repas, pas d’autre choix que la tarte au chocolat, bonne mais sans être exceptionnelle.

006

Après 4 jours d’intox alimentaire et 2 jours à ne quasi plus rien manger, je peux vous dire que je suis totalement dégoutée de cette adresse… Peut-être sommes-nous tombés le mauvais soir ? Mouais, j’ai du mal à y croire et quoi qu’il en soit, une telle inconstance est déjà un faux-pas indigne d’un restaurant qui se prévaut d’une telle qualité. En ce qui me concerne, je n’y retournerai pas de si tôt.

C’est où ?
Racines
8, passage des Panoramas (2è) – M° Grands Boulevards
01 40 13 06 41
De 12h à 14h30 et le soir, de 20h à 22h30.
Fermé le samedi et le dimanche.

*****

N’allez pas trop loin, je vous ai préparé quelques geekeries pour cet après-midi ;)

Balade dans les Passages Couverts parisiens

Fortement inspirée par le très joli billet de Nath la semaine dernière, j’ai eu envie, moi aussi, de faire une petite balade photo dans les mystérieux passages couverts parisiens

Le Passage Choiseul et sa pénombre bien marquée, ses petites cantines, ses salad bars, ses boutiques cheap, son bar à smoothies, le très chouette Momo No Ki

12
34
5_big

La très élégante et chic Galerie Vivienne et ses belles boutiques, ses marchands d’art, son A priori Thé (dernière photo), ses vieux livres …

1
23
3_bis
4
56
7
89
10
11

Le Passage des Panoramas et son mélange d’attrape-touristes kitschouilles et de restos à la mode (dont les fameux Racines et Passage 53 que je veux absolument tester), ses boutiques pour collectionneurs de timbres ou de cartes postales…

1
2
34
5
6
7

Le Passage Jouffroy et son musée Grévin, son hôtel romantique, ses gourmandises, ses petites boutiques de jouets au charme surrané quoique bien présent…

1
2
4
56
7
89
10
1112

*****

Je ne pouvais pas vous parler de ces passages couverts sans mentionner la petite expo « Les Passages parisiens photographiés par Robert Doisneau » présentée à l’Hôtel de la Monnaie jusqu’à vendredi soir (15 janvier). On peut y voir, à l’initiative de l’association « Passages et Galeries », trente jolis clichés de l’artiste, réalisés entre 1976 et 1980 dans les passages couverts de la capitale. Si jamais vous passez dans le coin… ;)

Doisneau
12

C’est où ?
Monnaie de Paris
11, quai Conti (6è) – M° Pont Neuf ou St Michel
Entrée libre.
Jusqu’à vendredi soir, de 11h à 17h30.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram