Pépinière théâtre

Page 1 sur 11

« Pluie d’Enfer » à la Pépinière Théâtre

Le week-end dernier, je me suis rendue à la Pépinière Théâtre pour assister à l’une des premières représentations de la pièce « Pluie d’Enfer ».

Pitch: « Une immersion fulgurante dans la vie de deux flics de Chicago, inséparables amis d’enfance, qui voient brutalement basculer leur destin. Un polar diabolique et haletant. » (Source: le site du théâtre)

« Diabolique et haletant », je n’irais peut-être pas jusque là… Mais c’est pas mal quand même ! Après, c’est vrai que je n’ai jamais lu la pièce originale de Keith Huff (un des co-producteurs de Mad Men pour les curieux), A Steady Rain (un très grand succès à Broadway qui fait partie d’une trilogie sur les flics de Chicago – les deux autres sont The detective’s wife et Tell us of the night) et que je ne pourrais pas vraiment juger de son adaptation française, mais l’intrigue est intéressante et plutôt bien ficelée. On suit la descente aux enfers de deux flics de Chicago: deux amis rompus aux violences de la rue, deux équipiers lâchés dans la jungle urbaine et confrontés à la difficulté de vivre dans un monde sordide, sombre et noir. A la fois tour à tour et en même temps – et dans un jeu de dialogues plutôt acrobatique (c’est le mot !) – ils nous racontent leur histoire. Le texte est très dur, sec, cru et tombe aussi violemment que la pluie qui s’abat sur la ville.

Je n’ose imaginer à quel point cela a du être un exercice périlleux que de mettre en scène cette histoire au théâtre ! C’est très visuel, il y a plein de rebondissements, beaucoup d’action et ce n’est pas évident de retranscrire ça avec une petite scène et seulement deux comédiens ! Et pourtant, la mise en scène de Benoît Lavigne y parvient sans mal grâce à des choix audacieux de mise en scène, une scénographie faite d’étranges toiles sombres, de couleurs anthracites, de jeux sur les noirs, gris et blancs, des jeux de lumière et l’utilisation de la vidéo et du son pour créer et amplifier les effets de pluie, de nuit ou de neige sur l’écran. Tous ces éléments contribuent à renforcer l’atmosphère glauque, sombre et pesante de l’histoire. C’est extrêmement bien fait !

Côté comédiens, Olivier Marchal et Bruno Wolkowitch tiennent le devant de la scène et s’en sortent plutôt bien. Ils sont tous les deux assez convaincants dans ces deux rôles de brutes épaisses et rugueuses mais fragiles (quand on gratte un peu sous la surface), dont les facettes sont multiples et la complexité indéniable. Et surtout, en nous racontant une histoire avec peu de choses, ils parviennent aisément à rendre les scènes vivantes et bien réelles sous nos yeux. C’est une petite prouesse en soi tout de même !

Au final, l’exercice était plutôt difficile et assez différent de ce que l’on a l’habitude de voir… Rien que pour ça, ça vaut le coup :)

C’est où ?
Pluie d’Enfer
La Pépinière Théâtre
7, rue Louis le Grand, (2è) – M° Opéra
Du mardi au samedi à 21h (+ 1 représentation en matinée le samedi à 16h).
Durée: 1h30.

« Promenade de Santé » à la Pépinière théâtre

La semaine dernière, je suis allée voir « Promenade de Santé », la dernière pièce de Nicolas Bedos qui se joue actuellement à la Pépinière théâtre et qui fait un petit buzz en ce moment puisqu’elle met en scène les premiers pas de Mélanie Laurent sur les planches.

Le pitch: « Deux jeunes gens sur un banc. Ils s’amusent, se plaisent, se désirent. Elle va lui dire: Je t’aime. Il voudrait dire: Pareil. Sauf que leur banc se trouve dans le jardin d’une clinique psychiatrique. Où finit la névrose pour que l’amour commence ? »Deux jeunes gens sur un banc. Ils s’amusent, se plaisent, se désirent. Elle va lui dire: Je t’aime. Il voudrait dire: Pareil. Sauf que leur banc se trouve dans le jardin d’une clinique psychiatrique. Où finit la névrose pour que l’amour commence ? Jusqu’à quel point protéger l’autre de nos propres sentiments ? Un histoire de monstres, de deux monstres charmants. »

Pour tout vous dire, je suis assez perplexe au sujet de tout le battage qu’il y a autour de Mélanie Laurent. C’est vrai qu’elle est très jolie et qu’elle est loin d’être mauvaise comédienne mais je trouve qu’elle a exactement la même façon de jouer dans tous ses films. Pour avoir revu Inglourious Basterds juste après la pièce (le même soir), j’ai reconnu les mêmes mimiques, une même façon de parler, de jouer et dire le texte (alors que ce sont des rôles très différents !). J’ai lu dans la presse qu’elle était exceptionnelle sur scène, que c’était « des débuts prometteurs et remarqués », un rôle « ardu »… N’en jetez plus ! Il y a un consensus général autour d’elle et c’est le genre de choses qui a tendance à me gonfler. Autant je l’avais adoré dans Je vais bien ne t’en fais pas de Philippe Lioret, duquel je suis ressortie bouleversée et émue comme rarement au cinéma, autant j’ai beaucoup plus de mal avec les rôles qu’elle enchaîne depuis quelques mois. J’ai l’impression que le fait d’avoir tourné avec Tarantino a pas mal influé sur l’égo de la demoiselle et on a l’impression, parfois, qu’elle se regarde jouer. Certes, son jeu est assez naturel et plutôt juste la plupart du temps mais dès qu’elle essaye de lui donner un peu plus de corps et de volume ou qu’elle tente une composition, elle perd toute sincérité instantanément. Comme si elle était un peu trop sûre d’elle, en fait. Et j’me demande si elle ne se prendrait pas un peu pour Scarlett Johansson car apparemment elle aurait envie de sortir un album. Mouais…

Et la pièce dans tout ça ? Pas grand chose à dire, c’est bien le problème. Le texte n’est pas exceptionnel, il y a de bons mots, des choses réussies mais je l’ai trouvé quand même assez fade au final… S’il n’y avait pas des moments suffisamment crus pour faire rigoler le gentil public, on pourrait presque s’endormir. Pour tout vous avouer, j’ai eu bien du mal à sortir de ma léthargie au moment des applaudissements ! Je pense que les gens sont venus en masse pour voir Mélanie Laurent sur scène, et qu’ils l’aiment tellement, que forcément, pour eux, tout ce qu’elle fait c’est géniâââââl. Ben non !

En revanche, j’ai beaucoup aimé le jeu de son partenaire, Jérôme Kircher, qu’on aperçoit de temps en temps à la télé et au cinéma (je me souvenais surtout de lui pour son apparition dans Un Long Dimanche de Fiançailles de Jeunet), tout dans la justesse et dans la nuance, à la fois mystérieux et poétique, mais pas suffisamment mis en valeur -je pense que son rôle a été écrit simplement pour mettre en valeur celui de la staaaar de la pièce. Et c’est fort dommage. A part ça, j’ai trouvé la mise en scène classique mais plutôt agréable: assez sobre, simple et épurée, avec de la chouette musique et de jolis jeux de lumière. Ah, et l’affiche est très mignonne aussi !

promenade_de_sant_

Au final, « Promenade de santé » est une toute petite pièce, très courte (à peine une heure) qui se regarde gentiment mais qui n’a pour seul but que de nous faire découvrir Mélanie Laurent sur scène. D’ailleurs, c’est simple, Nicolas Bedos (encore un fils de…) a écrit la pièce pour elle (c’est même elle qui a choisi son partenaire). Au delà de ça, la pièce n’a pas vraiment d’intérêt (et je suis gentille). Dans un autre contexte, j’aurais surement pu la juger trop courte dans le sens où elle ne nous laisse pas le temps de découvrir en profondeur les personnages mais ce serait mentir, tellement je me suis ennuyée !

Nicolas Bedos nous offre de jolis moments, une rencontre, mais il manque tout de même une grosse dose d’émotion à sa pièce, un peu de corps, quelque chose pour nous toucher, nous éblouir ou nous émouvoir. Ici, rien de neuf à l’horizon: 2-3 bons mots, mais du vu, revu et rerevu qui se termine sur une fin cousue de fil blanc devinée à 10 km. En bref, une « promenade de santé » pas désagréable mais sans plus. Ceci dit, si vous souhaitiez y aller avant de me lire, ne boudez pas forcément votre plaisir, mon avis est assez marginal sur la toile, je n’ai lu que des louanges à la pelle pour la pièce et surtout, évidemment, pour Mélanie Laurent !

Bêêêêêêê.

C’est où ?
« Promenade de Santé »
Pépinière Théâtre
7, rue Louis-le-Grand (2è) – M° Opéra
Du lundi au samedi à 19h.
Jusqu’au 1er mai

*****

RÉSULTATS DU CONCOURS FEYDEAU – THÉÂTRE du PALAIS ROYAL

Sinon, comme promis, je vous annonce les résultats du concours Feydeau organisé ici en début de semaine dernière. Vous avez été nombreux/ses à participer et comme j’avais envie de tous (et toutes!) vous faire gagner, j’ai du me résoudre au tirage au sort ! Et…

… ce sont Marnie et Livy qui remportent chacune 2 places pour aller voir « On purge bébé » et « Léonie est en avance » au Théâtre du Palais Royal. Les filles, j’attends un p’tit mail de votre part dans lequel vous me donnerez chacune 2 dates de votre choix où vous êtes sûres d’êtres dispos avant le 31/03/2010. Je vous expliquerai la suite par mail !

Et merci encore à toutes et à tous de votre participation :)

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram