Musée Rodin

Page 1 sur 11

Henry Moore au Musée Rodin

Depuis plusieurs semaines, le musée Rodin accueille une exposition consacrée au sculpteur anglais Henry Moore (1898-1986). C’est la première grande rétrospective organisée à Paris depuis plus de trente ans, et l’occasion de renouer les liens établis dès 1956 entre le sculpteur anglais et le musée, notamment lors des expositions internationales organisées dans les jardins de l’hôtel Biron puis à l’occasion des deux expositions qui lui ont été consacrées en 1961 et 1971.

Avec cette rétrospective « Henry Moore, l’atelier: sculptures et dessins au Musée Rodin », le musée nous invite à entrer dans l’atelier du sculpteur et à découvrir ses œuvres mais aussi ses ébauches et ses maquettes, et à une balade dans l’imaginaire de l’artiste, peuplé de formes allongées aux courbes arrondies et de sculptures monumentales. Pour évoquer l’atmosphère de l’atelier de Moore à Perry Green, en Angleterre (devenu aujourd’hui la Fondation Henry Moore) et le processus de création de l’artiste, nous sont présentées plus de cent cinquante sculptures, deux pièces monumentales, une cinquantaine de dessins et trois albums de croquis, ainsi que des ossements, coquillages, morceaux de bois, et débris de toutes natures que l’artiste ramassait au cours de ses promenades et parmi lesquels il travaillait.

Cet ensemble retrace la carrière de l’artiste de 1930 au début des années 1980. Les premières œuvres aux formes abstraites cohabitent à partir de 1939 avec des figures couchées, références explicites au corps humain que l’on peut percevoir comme autant de paysages. Le sculpteur a également beaucoup dessiné et l’expo présente justement de nombreuses études préparatoires pour des sculptures, des croquis d’os, de coquillages, de figures, ainsi que les célèbres dessins illustrant la vie des gens dans les abris pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce n’est qu’à la fin de sa vie que Moore entreprend une série de pièces colossales, parmi lesquelles Locking Piece et The Arch, exposées dans la cour de l’hôtel Biron.

cour1cour2

Petite originalité de cette expo: c’est assez rare que les plâtres provenant de l’atelier d’un sculpteur soient à ce point à l’honneur. Longtemps délaissé par Moore et souvent considéré comme une étape intermédiaire pour la réalisation d’un bronze, le plâtre s’affirme ici comme le matériau même de la création, au plus proche de la main de l’artiste et est reconnu, du plus petit au plus grand, comme une œuvre à part entière (d’ailleurs, nombre d’entre eux ont été restaurés à cette occasion).

Au final, c’est une expo très courte que nous propose le musée Rodin ici (mais c’est le cas à chaque fois: l’espace consacré aux expos temporaires est relativement petit et on en fait souvent le tour très vite), mais on y découvre des œuvres intéressantes, mystérieuses et atypiques. L’incursion dans l’atelier et dans l’univers de Moore, artiste que l’on connait généralement peu chez nous est donc totalement bienvenue. En plus de ça, la scénographie est très belle, la mise en couleurs réalisée par Farrow & Ball est sublime et met superbement les sculptures en valeur. Et puis, ça fait toujours une bonne excuse pour se balader dans le joli musée Rodin, ainsi que dans le jardin, juste après ;)

Un petit coup d’œil ?

01
2
34
5
67
8
910
11
1213
14
1516
17
1819

C’est où ?
Musée Rodin
79, rue de Varenne – M° Varenne
Ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 10h à 17h45.
Jusqu’au 27 février 2011.
Le site.

Promenade estivale au Musée Rodin

Il y a quelque temps, j’ai effectué une petite visite au fantastique Musée Rodin où je me rends environ 2 à 3 fois par an, tant j’aime ce lieu aussi bien pour ses expositions temporaires, ses collections permanentes, les sculptures du Maître, le travail sublime de Camille Claudel et le merveilleux parc autour du musée.

002003

Je suis allée visiter la très belle exposition « La fabrique du portrait. Rodin face à ses modèles ». On y voit une succession de portraits remarquables et surtout le travail de recherche de Rodin sur le même visage. Il n’hésitait pas à reprendre, recommencer, retravailler la même pièce pour finir par les œuvres que l’on connait. Une belle leçon d’humilité de la part d’un des plus grands maîtres de la sculpture. A voir jusqu’au 23 août.

rodin

Ce que je préfère quand je me rends rue de Varenne, c’est flâner dans le jardin au milieu des roses et des Bourgeois de Calais, près de la porte de l’Enfer, autour de l’Ombre ou d’Ugolin, me poser sur les transats en bois et lire dans la douce quiétude qui habite le fond du parc…

jardin1
jardin2
12
3
4
56
7
89
penseur

J’ai en également profité pour me balader à l’intérieur du musée. Installé dans l’hôtel Biron, dont Rodin louait une partie, il occupe aujourd’hui l’ensemble du bâtiment. Tout au long des salles on retrouve tout l’art et le génie de Rodin. Je ne me lasse pas de cet endroit délicieusement suranné, de l’odeur de son parquet ciré et de ses planches qui craquent sous le poids de mes pas. Je pourrais passer des heures à regarder le soleil jouer à cache-cache avec ces sculptures, à contempler la grâce qui s’échappe de leurs formes, à admirer la douce candeur des œuvres de Camille, à me laisser submerger par l’émotion que j’éprouve face au Baiser…

12
34
5
67
8

Bref, le Musée Rodin est un magnifique endroit, hors du temps. Un de ces lieux qui fait que l’on se dit que Paris est vraiment la plus belle.

C’est où ?
Musée Rodin
79, rue de Varenne – M° Varenne
Ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 9h30 à 17h45 (horaires d’été); le parc ferme à 18h45 (jusqu’au 30 septembre).

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram