« L’épée Usages Mythes et Symboles »

Page 1 sur 11

« L’épée » à l’honneur au Musée de Cluny

Encore un petit billet culturel aujourd’hui avec une exposition visitée la semaine dernière seulement: « L’épée – Usages, Mythes et Symboles » au très très chouette Musée de Cluny. Elle n’est pas très grande mais réunit néanmoins 120 œuvres dont un ensemble d’épées couvrant toute la période du Vè au XVè siècle, ainsi que des manuscrits, peintures, objets d’orfèvrerie et ivoires.


L’épée. Usages, mythes et symboles est la première manifestation consacrée uniquement à ce thème. Sujet passionnant s’il en est car l’épée est sans doute l’un des objets les plus représentatifs du Moyen Âge. A la fois arme de guerre, signe de pouvoir et de justice ou objet d’apparat, quasiment aucune autre production profane de cette époque n’a suscité autant d’intérêt et de fascination. De plus, elle est présente dans toutes les civilisations pratiquant la métallurgie, de l’âge du cuivre jusqu’à l’époque contemporaine et quelle que soit sa forme, elle est immédiatement reconnaissable à ses quatre parties : la lame, la garde, la fusée, le pommeau. Au-delà de ces éléments invariables, il en existe une extraordinaire variété de types et de décors, bien souvent révélateurs d’un contexte social et artistique.

L’expo présente les différents usages, réels et symboliques de l’épée. On voit qu’elle est d’abord étroitement associée au combat, dans des contextes aussi diversifiés que la guerre, la querelle, la joute, le tournoi ou même à la chasse, dans certains cas. Mais les utilisations symboliques sont également très variées : essentielle au sacre des rois ou à la cérémonie de l’adoubement du chevalier, l’épée est aussi l’attribut de nombreux saints, le symbole de la justice et du pouvoir spirituel. Image d’une fonction, elle peut aussi être celle d’une nation comme l’épée de Svante Nilsson Sture, régent de Suède autour de 1500 et défenseur de son indépendance, ou, pour la France, la célèbre épée de Charlemagne, dite Joyeuse. L’épée possède comme nul autre objet une part de personnification et d’enchantement, et certaines sont devenues mythiques, notamment dans la sphère littéraire et artistique. Elles portent un nom, à l’image des célèbres Durandal ou Excalibur et sont dotées de qualités extraordinaires : voler, briser un roc, rendre invincible son propriétaire, etc… Cette idéalisation se prolonge bien au-delà du Moyen Âge, depuis les épées touaregs du XIXè siècle jusqu’à l’épée moderne de l’académicien Jean-Pierre Mahé.

La scénographie de l’expo est vraiment très belle et met superbement les objets présentés en valeur (même si le cadre grandiose du frigidarium des thermes de Cluny y aide grandement, de base !). Et puis, j’ai trouvé l’expo intéressante et très bien faite dans son ensemble. J’aurais simplement apprécié qu’elle soit un tout petit peu plus aboutie par moments car pas mal d’explications m’ont semblé un peu sommaires, succinctes (même sur l’audio-guide) et un peu trop répétitives. Mais c’est tout de même très pédagogique, on apprend des choses et les pièces présentées sont magnifiques. Du coup, je chipote un peu mais au final, c’est une expo que j’ai tout de même appréciée dans sa globalité et je vous la recommande ne serait-ce que pour avoir l’occasion de faire un tour dans le très joli musée de Cluny !

Je vous emmène ?




















C’est où ?
L’épée
Musée de Cluny – Musée National du Moyen Âge
6, place Paul Painlevé (5è) – M° Cluny la Sorbonne
Jusqu’au 26 septembre 2011.
Ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 9h15 à 17h45.
Tarifs: 8€50 ou 6€50.
Gratuit pour les moins de 26 ans et pour tous le 1er dimanche du mois.
Plus d’infos sur le site du musée.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram