Là-Haut

Page 1 sur 11

Up

Chers lecteurs qui me lisez régulièrement (laissez-moi mes illusions, m’enfiiiin !), vous savez qu’il est bien rare que je consacre un billet entier à un seul film (vu le nombre de films que je vois par mois, le nombre d’articles serait pour le moins indécent), mais après avoir vu le dernier Pixar, je ne pouvais que faire une exception car, combien de chefs-d’œuvre voit-on dans une année ? Deux ou trois ? Et
bien, en voilà déjà un ! « Là-haut », la nouvelle production Pixar, co-réalisée par Pete Docter et Bob Peterson, comptera forcément parmi les plus beaux films de 2009, animés ou pas, et en tout cas, d’ores et déjà parmi mes préférés.

La_haut

Alors qu’à chaque nouveau film, on guette le premier coup de mou des génies de chez Pixar, ces dieux de l’animation reviennent systématiquement avec une nouvelle pépite. Après le magnifique « Wall-E », dont la sortie récente en DVD rappelait son irrésistible pouvoir émotionnel jusqu’à la dernière goutte du générique final, « Là-Haut » ou « Up », titre original que je préfère évidemment, désarmera une fois de plus les cyniques les plus farouches (dont il m’arrive de faire partie parfois, je l’avoue). En 24 ans et 10 longs métrages, impossible de nier que Pixar maîtrise à la perfection l’art de nous en mettre plein la vue et de nous émerveiller.

1

Mais, à moins d’un silex à la place du cœur, comment ne pas sentir sa gorge se serrer à tant de reprises, comme lors de ce premier quart d’heure bouleversant résumant la vie du vieux Carl et ses
drames, expliquant ainsi l’amertume du septuagénaire ? Comment ne pas trépigner d’euphorie devant les palpitantes péripéties, dignes d’un « Indiana Jones », de Carl et de Russell, embarqués au fin fond de l’Amérique du Sud dans cette rocambolesque aventure impliquant également un vieil aventurier mystérieusement disparu depuis des années ? Comment ne pas être touché par une histoire aussi légère que la maison de Carl et aussi profonde à la fois ? Comment ne pas rire devant cette averse de gags irrésistiblement adorables, souvent très drôles ? Et comment ne pas admirer ces images fantastiques, ces plans bourrés de références et de petites trouvailles merveilleuses ?

2

Everest de l’animation, rayon de soleil aux tons aussi variés que les couleurs des ballons emportant aux cieux la maison de Carl, « Up » vous rend tout simplement heureux pendant ses (trop courtes) 95 minutes et même au-delà. Tout en abordant de front et avec subtilité des thèmes comme la mort, le deuil, l’abandon de ses rêves, la solitude, « Up » est avant tout un superbe film rempli de poésie, une ode à la vie, aussi généreuse et limpide dans son scénario que dans sa parure visuelle – le survol du monde par la maison de Carl est sublime, vraiment à couper le souffle, surtout en 3D, format dans lequel « Up » fut tourné (une première chez Pixar).

3

A la fin de ce chef-d’œuvre (et je le pense), on a ri, on a pleuré, on s’est attaché sans réserve à ce vieil homme et à ce marmot rondouillard, unis dans leur solitude respective et finalement grandis par leur destin commun. Un film magnifique, qui va vous emmener loin « là-haut ». A voir absolument.

Up

Le reste de mes chroniques ciné du mois de juillet, demain !

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram