« La Ballade de Simone »

Page 1 sur 11

« La Ballade de Simone » au Lucernaire

Un spectacle dont le thème est Simone de Beauvoir, une idée saugrenue ?! Il faut avouer que la pensée de passer une soirée en compagnie de cette héroïne germanopratine, romancière, philosophe et essayiste, fondatrice de la pensée féministe au XXè siècle et image glacée de l’existentialisme aux côtés de Sartre, a de quoi faire peur. Rien de très excitant a priori donc et pourtant, « La ballade de Simone » est une très bonne surprise. Ça valait le coup de grimper tous les escaliers menant au petit théâtre rouge tout en haut du Lucernaire !

L’idée de base de cette petite pièce est de mettre en lumière la densité et la complexité du personnage de Simone de Beauvoir en nous offrant un mélange entre des extraits de ses œuvres fondatrices (d’ailleurs, après ce spectacle, je ne sais pas comment j’ai pu ne pas lire « Le deuxième sexe », ça me parait aberrant !) et des passages d’un épisode plus méconnu de sa vie. En créant des passerelles entre le courrier amoureux de la philosophe (plus de 300 lettres d’amour passionnées échangées -à l’époque de la rédaction de son œuvre maîtresse- avec l’écrivain américain Nelson Algren, avec qui elle a eu une liaison amoureuse dès leur rencontre en 1947) et des extraits de ses essais féministes (« Le Deuxième Sexe » et « La Force des Choses »), cette pièce passe au crible les ambiguïtés d’une femme entière ne voulant renoncer à rien et tout vivre.

1

En bâtissant un pont entre « les deux » Simone de Beauvoir (la femme amoureuse et l’essayiste féministe), les deux comédiennes de talent (Michèle Brûlé et Odja Llorca) qui tiennent cette pièce à bout de bras, nous font découvrir avec poésie et humour, la façon dont elle a évolué entre son amour inconditionnel et humain pour Sartre, et ses sentiments plus charnels et passionnés pour Aldren. Tout ça, en nous donnant quelques bases pour avoir envie de découvrir par nous-mêmes la richesse et l’intensité des textes de la philosophe. Chapeau !

Côté mise en scène, le spectacle est très réussi, à la fois ludique, loufoque et facétieux. Les différentes formes qu’emprunte le récit (chansons, accordéon, lectures de passages des ouvrages, anecdotes…) dynamisent beaucoup le propos et on ne s’ennuie pas une seconde. La pièce est truffée de petites répliques cinglantes qui font mouche, entrecoupées de citations cultes et d’un jeu de lumières soigné et pertinent. Les chansons nourrissent à la fois le petit côté décalé de la pièce et certains morceaux accompagnés par un accordéon nous transportent directement dans le Saint-Germain d’après-guerre. La manière dont les morceaux choisis des essais de Beauvoir et ses lettres d’amour parfois remplies de minauderies sont juxtaposés est presque toujours judicieuse et parfois très drôle !

2

En bref, « La Ballade de Simone » est un spectacle inhabituel mené tambour battant par deux comédiennes qui ne manquent pas de piquant, et qui mérite bien un petit coup de pouce pour son côté original et décalé.

C’est où ?
« La Ballade de Simone »
Théâtre du Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs (6è) – M° Notre-Dame-des-Champs
Du mardi au samedi à 21h jusqu’au 13 février.
Prolongé jusqu’au 11 avril avec de nouveaux horaires: du mardi au samedi à 18h30 et le dimanche à 15h.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram