Julien Boisselier

Page 1 sur 11

Ma rentrée théâtrale #3 – « Vie Privée » au Théâtre Antoine

VPTroisième pièce de ma rentrée théâtrale aujourd’hui: « Vie Privée » au Théâtre Antoine. A l’origine de cette adaptation, une pièce signée Philip Barry qui triompha à Broadway et dont George Cukor tira un film « The Philadelphia Story » avec dans les rôles principaux: Katherine Hepburn, James Stewart et Cary Grant. Excusez du peu ! Voici donc cette œuvre de retour à la scène, dans une adaptation et mise en scène de Pierre Laville. Et c’est pas gagné…

Le pitch: A la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans la high society de Philadelphie, la riche héritière Tracy Lord s’apprête à se remarier sous l’œil d’un tandem de journalistes et de son futur ex-époux, Dexter, décidé à la reconquérir. Décor feutré et luxueux, jeu de mensonges et faux semblants, règlements de comptes familiaux, ballet de la séduction et valse des sentiments : la comédie romantique – ici rebaptisée « Vie privée » – est en marche.

Alors que je m’attendais à une histoire virevoltante et pétillante dans laquelle on ne s’ennuie pas une seconde, la pièce s’essouffle très rapidement du fait d’une adaptation assez bancale et d’une mise en scène plutôt mal rythmée. Elle manque cruellement de fluidité et de légèreté, alors que ça semblait a priori être son but premier. Avouez que ça part mal tout de même ! Au final la pièce repose plus sur un effet d’affiche qu’autre chose… et malheureusement, ça ne suffit pas. Anne Brochet n’est pas convaincante du tout dans son numéro de grande bourgeoise futile et paumée dans ses errances sentimentales. Idem pour François Vincentelli dans son rôle d’amoureux facétieux mais qui est finalement complètement insipide et transparent… Seuls Claire Vernet, en mère déboussolée et Yves Gasc, en vieil oncle gentiment lubrique tirent un peu la couverture à eux.

vp2

Alors qu’y a-t-il à sauver là-dedans in fine me demanderez-vous ? (oui, j’anticipe !). Et bien, la bonne surprise de cette pièce est la performance de Julien Boisselier, qui domine largement l’ensemble et que j’ai trouvé formidable dans le rôle de Macaulay Connor (le personnage joué par James Stewart dans le film). Ecrivain raté et reporter dans un journal à scandales, fine moustache, feutre mou et costard un peu miteux, grognon invétéré au jugement grinçant, il grimace et dézingue les riches comme personne : « J’ai rarement vu pareil assemblage de gens inutiles ! ». Du début à la fin, il s’amuse comme un petit fou et nous amuse aussi au passage ! OUF !

C’est où ?
« Vie Privée »
Théâtre Antoine
14, Bd de Strasbourg (10è) – M° Strasbourg-St Denis

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram