Harry Callahan Variations

Page 1 sur 11

« Harry Callahan, Variations » à la Fondation Cartier-Bresson

Encore un petit billet rattrapage aujourd’hui avec la jolie exposition de rentrée de la Fondation Cartier-Bresson: « Harry Callahan, Variations ».

L’exposition de la Fondation Cartier-Bresson, organisée dans le cadre du trentième anniversaire du Mois de la Photo, rassemble une centaine de tirages magnifiques en noir et blanc, réalisés par Harry Callahan (1912-1999) et provenant de collections publiques, la Maison européenne de la photographie (Paris) et le musée d’Art moderne (New York), de la Galerie Pace/MacGill représentant la famille, et d’une collection privée.

Cette exposition est vraiment très intéressante puisqu’elle permet de découvrir les thèmes de prédilection du photographe: la ville (essentiellement les passants, perdus dans leurs pensées, à Detroit, Chicago et Providence), sa famille (sa femme Eleanor et leur fille Barbara) et la nature (bien souvent des paysages ou des détails, à l’exception de son travail à Cape Cod) sont trois axes intimement liés à sa vie personnelle et qui vont se conjuguer jusqu’à la fin de sa vie. En apparence très formelles, ses photos ont en fait une puissance émotionnelle profonde.

Harry Callahan, Chicago, 1960 © The Estate of Harry Callahan, Courtesy Pace/MacGill Gallery, New York

Callahan produit un travail minimaliste et épuré, d’une grande rigueur, mais également très poétique. Il ne se considère pas comme un story teller, il n’y a pas de récit photographique dans son travail, mais une tentative compulsive de donner forme à son expérience intérieure: un choix pas évident et loin d’être rentable, sachant qu’à la fin des années trente, c’est la photographie engagée qui offrait des tribunes (et aussi des emplois) aux reporters.

C’est donc plutôt un photographe de l’intuition, de la foi absolue dans le médium photographique. Ses obsessions intimes récurrentes constituent le rythme essentiel de son œuvre. Sur la forme, les tirages sont également très réussis, j’ai beaucoup aimé les jeux avec les contrastes, le graphisme ou encore l’ombre & la lumière.

En bref, une belle exposition qui nous présente le regard personnel d’un artiste sur le monde et un remarquable travail photographique guidé par une indépendance d’esprit remarquable. Une découverte à faire sans hésiter, d’autant que c’est gratuit tous les mercredis soirs entre 18h30 et 20h30.

C’est où ?
« Harry Callahan, Variations »
Fondation Cartier-Bresson
2, impasse Lebouis (14è) – M° Gaité.
Ouvert du mardi au dimanche de 13h à 18h30,  le samedi de 11h00 à 18h45, nocturne le mercredi jusqu’à 20h30. Fermé le lundi.
Tarifs: 6€/3€ (chômeurs, moins de 26 ans, etc…). Gratuit en nocturne le mercredi entre 18h30 et 20h30.
Jusqu’au 19 décembre 2010.
Plus d’infos sur le site.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram