Edward aux mains d’argent

Page 1 sur 11

Edward aux mains d’argent, au Châtelet

En véritable fan de Tim Burton depuis des années, je me devais d’aller voir l’adaptation de son « Edward aux Mains d’Argent » en ballet sur la scène du Théâtre du Châtelet. Pour moi, ce film est un chef d’œuvre intemporel de poésie. C’est aussi et surtout Johnny Deep, qui incarne si bien ce personnage, qu’Edward sans Johnny Depp, c’est plus tellement Edward… Sorti en 1991 en France, le film possède toujours cette aura magique. L’adaptation en ballet était donc un peu risquée. Sans oublier qu’il n’y a pas de paroles. Pas de chansons. Juste la musique et la danse. Il n’y avait que Matthew Bourne, déjà habitué des adaptations, pour se lancer dans une telle aventure !

Edward1

Et bien, je dois dire qu’il s’en sort plutôt bien. J’aime tellement le film qu’il m’est assez difficile d’être objective mais le travail de Bourne est assez réussi. Ce sont vraiment 2 œuvres totalement différentes. La trame de l’histoire est, bien entendu, la même mais j’ai noté beaucoup beaucoup de différences. L’histoire, déjà, est assez différente sur de nombreux détails (pour ceux qui connaissent bien le film et qui veulent voir le spectacle, je ne vais pas le spoiler, hein) et j’ai trouvé quelques incohérences au niveau du ballet qui m’ont un chouya gênée. En dehors de ça, j’avoue avoir été déçue par la prestation du personnage d’Edward… Déjà, je n’ai pas vraiment accroché à l’interprétation de la « psychologie » du personnage. Après avoir vu et rerererevu le film, j’ai trouvé que le Edward de Bourne était carrément plus aseptisé que celui incarné par Johnny Depp. Dans le film, j’aime la façon dont il bouge (ses mouvements qui le font ressembler à un robot), ses gestes qui n’ont rien d’humains et qui pourtant le rendent touchant d’humanité ! Dans le ballet, rien de tout ça, alors que justement, il aurait été intéressant de jouer sur les mouvements et sur les gestes du personnage original qui se prêtent volontiers, à mon avis, à la danse.

Edward2

Bon, je chipote, je chipote mais au final j’ai trouvé l’adaptation de Bourne vraiment intéressante en soi (si on la distingue du film, sans la comparer). L’histoire, totalement recréée, est très facilement compréhensible pour le spectateur. La danse rend vraiment bien la poésie et l’universalité de l’histoire. Pas besoin de parole pour comprendre, tout est lisible à travers les gestes, les mimiques et les mouvements des personnages. De plus, les décors sont absolument magnifiques, presque féériques, et les costumes sont superbes. L’atmosphère oscillant entre rêve morbide et réalisme ultra coloré et éclatant de la banlieue américaine aseptisée est parfaitement rendue. Tout comme la sublime musique qui navigue entre les reprises envoutantes de Danny Elfman (à vous faire verser votre larme et à vous coller la chair de poule!) et les créations originales de Terry Davies, en permanence entre onirisme et réalité. J’ai particulièrement adoré les scènes originales (propres au ballet) de duo entre Edward et Kim (avec les personnages en herbe et à la fin, bien évidemment). Bref, deux heures de spectacle où l’on voyage entre 2 rives, l’une très sombre et l’autre en technicolor. Le final sous la neige, en plein théâtre, est à la hauteur du spectacle: véritablement enchanteur.

Si vous le pouvez, allez-y c’est jusqu’au 2 novembre et y’a encore de la place (la preuve, nous avons été surclassés en 1ère catégorie tellement y’avait de places libres dans l’orchestre) !

C’est où ?
Théâtre du Châtelet
1, place du Châtelet (1er) – M° Châtelet
Plus d’infos par ici (ainsi qu’un podcast avec plein d’images)



Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram