« Collaboration »

Page 1 sur 11

« Collaboration » au Théâtre des Variétés

Je continue mon tour d’horizon des pièces de la rentrée théâtrale avec « Collaboration », actuellement présentée au théâtre des Variétés.

Pitch: Collaboration met en scène la confrontation de deux artistes au sommet de la gloire : Richard Strauss (Michel Aumont) et Stefan Zweig (Didier Sandre), deux géants travaillant ensemble sur un projet d’opéra bouffe inspiré de Ben Jonson, « La femme silencieuse ». De l’admiration mutuelle naitra une véritable amitié, au moment même de la montée en puissance du régime nazi. (inspiration: le site du théâtre)

Je le disais déjà ici mais Collaboration est une pièce que j’avais vraiment très envie de voir depuis quelques semaines. Et je n’ai pas été déçue !

Elle met en scène l’admiration réciproque, malgré leurs fortes oppositions idéologiques, du compositeur virtuose Richard Strauss et de l’écrivain juif autrichien Stefan Zweig, l’un des esprits les plus brillants de l’époque et leur création à quatre mains de « La femme silencieuse », opéra-bouffe censuré ensuite par le régime nazi. C’est une pièce touchante et subtile, mais également très instructive dans le sens où elle aide à comprendre la complexité des rapports entre les deux artistes dans un contexte historique et politique hostile à leur collaboration mais également à leur amitié. La simplicité et la sobriété de la mise en scène de Georges Werler servent à merveille le texte fort de Ronald Harwood et permettent au spectateur d’axer son attention sur les échanges profonds et intéressants entre les deux hommes. Le ton est juste de bout en bout, et la fin poignante et bouleversante.

Mais la pièce vaut surtout pour les performances des comédiens et les personnalités fascinantes qu’elles mettent en lumière, à commencer par l’immense Michel Aumont, formidable comme toujours, charismatique, plein d’énergie et de vie. Ah ce visage, cette voix… J’admire beaucoup ce monsieur ! Didier Sandre est, quant à lui, parfait dans le rôle de ce génie introverti qu’était Zweig. Il parvient brillamment et avec subtilité à rendre compte de toute la complexité de cet auteur et de toute la sensibilité, la timidité, la fragilité et l’humilité que dégage le personnage. Plus inattendu, Christiane Cohendy est excellente dans le rôle de la femme de Richard Strauss dont on ne peut qu’admirer l’élégance, l’intelligence et la modernité et dont la franchise est on ne peut plus rafraichissante !

En bref, une bonne pièce, intéressante, enrichissante et très bien jouée. Idéale pour parfaire un peu sa culture gé ;) Un peu dans le même genre, je vous recommande également chaudement Diplomatie, jouée en ce moment au théâtre de la Madeleine et que j’avais adoré l’an dernier.

C’est où ?
Collaboration
Théâtre des Variétés
7, bd Montmartre (2è) – M° Grands Boulevards
Du mardi au vendredi à 20h30, le samedi à 21h et le dimanche à 16h30.
Jusqu’au 1er janvier 2012.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram