Charles Marville

Page 1 sur 11

Paris photographié au temps d’Haussmann

Nous connaissons tous le Paris Haussmannien, mais les images d’avant sa transformation sont beaucoup plus rares. Charles Marville a été « le photographe de la Ville de Paris » à partir de 1862, et c’est grâce à lui que nous pouvons encore voir la ville d’avant, le percement de l’avenue de l’Opéra, la Bièvre, la petite rivière qui traversait la ville… L’exposition « Paris photographié au temps d’Haussmann » proposée par le Louvre des Antiquaires nous invite à une passionnante visite de Paris à travers des photos prises entre 1852 et 1877 dans le cadre de plusieurs commandes de la Ville de Paris et décrit à la fois le Paris pittoresque et insalubre des « Misérables » de Hugo et le Paris moderne et taillé au cordeau, du Baron Haussmann.

1

A travers une trentaine de clichés de Charles Marville, l’exposition nous plonge au cœur du Second Empire, dans un Paris bouleversé par les gigantesques travaux d’urbanisation entrepris par le baron Haussmann en vue de moderniser la capitale. Engagé par l’Administration des Travaux Historiques, Charles Marville est chargé d’immortaliser les rues appelées à disparaître pour le compte de la Ville. Entre 1854 et 1878, il prend des centaines de clichés qui révèlent le tracé sinueux de la voie et l’état d’insalubrité des quartiers à démolir. Je dois vous prévenir: on ne visite pas cette expo pour admirer un quelconque travail artistique sur de la photo noir et blanc, mais plutôt pour observer les petites rues du Paris d’avant. On y observe des tonnes de détails passionnants (encore plus quand on est amoureux de Paris), on découvre une multitude de ruelles disparues, on s’étonne devant l’affichage sauvage des enseignes et autres réclames, on ne peut s’empêcher d’être ému devant les maisons éventrées et les monceaux de gravas entraînés par le percement des grandes artères…

2

Des Halles centrales de Baltard en passant par le nouveau tracé de l’avenue de l’Opéra et la construction de la place du Carrousel, les photographies sélectionnées par Patrice de Moncan témoignent particulièrement bien de ce que fut l’ancien visage du quartier du Louvre des Antiquaires. La technique photographique de cette époque ne permettant pas encore de capturer le mouvement, les clichés de Charles Marville montrent un Paris fantomatique et désert. Mais en y regardant de plus près, on retrouve partout de longues et mystérieuses traînées blanchâtres qui sont en réalité la trace des voitures et des passants dans les rues alors  effervescentes de Paris !

Bref, une expo très sympa, à voir sans hésitation.

C’est où ?
« Paris photographié au temps d’Haussmann – Portrait d’une ville en mutation ».
Louvre des Antiquaires
2, place du Palais Royal (1er) – M° Palais Royal Musée du Louvre
Ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 11h à 19h et c’est gratuit (gardez donc patience car il y a du monde, allez-y plutôt en semaine si vous pouvez !).
Vous pouvez aussi retrouver la plupart de ces clichés dans le très bon ouvrage de Patrice de Moncan et Clémence Maillard, « Charles Marville, Paris photographié au temps d’Haussmann » (aux Editions du Mécènes, 2009).
Jusqu’au 1er novembre 2009.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram