« C’est la vie ! »

Page 1 sur 11

« C’est la vie ! » – Les Vanités en lumière au Musée Maillol

Depuis quelques semaines, le musée Maillol propose une exposition au parcours original semé de crânes qui invite au dialogue entre modernes, anciens et contemporains. « C’est la vie ! » – Vanités de Caravage à Damien Hirst regroupe 160 œuvres, peintures, sculptures, photos ou bijoux et a pour ambition d’illustrer l’évolution des Vanités dans l’histoire de l’art.

affiche

Si le terme « vanité » désigne au sens strict les natures mortes qui ont prospéré à l’époque baroque particulièrement en Europe du Nord, il s’étend également à toute composition allégorique qui suggère que l’existence terrestre est vide, vaine et fugace et que la vie humaine est précaire et n’a que peu d’importance face à l’inéluctabilité de la mort. L’idée, c’est que l’image du crâne ou du sablier qui figure le temps qui passe, confrontent brutalement le spectateur à son destin et le poussent à la réflexion.

Une place de choix est accordée aux artistes contemporains (quasiment toute l’exposition en fait), le parcours est chronologique mais à rebours et l’on commence avec le début du XXIè siècle, où le crâne est partout, sur les vêtements, les bijoux, les pubs ou même les jouets. Dans la première salle, une place importante est consacrée à plusieurs œuvres de Damien Hirst (un artiste très médiatique et controversé) qui sont vraiment incroyables et atypiques notamment the Death of God, the fear of Death (avec mouches et résine) et For the Love of God, Laugh. D’autres artistes méritent aussi qu’on s’y arrête: on trouve quelques œuvres de Keith Haring, Basquiat et Andy Warhol, des compositions très étonnantes comme le gants-tête d’Annette Messager, la lionne et le chasseur de Daniel Spoerri (1988) ou encore une œuvre issue de la série Mickey is also a rat de Nicolas Rubinstein (ci-dessous).

Mickey

12

On poursuit la visite au second étage (oui, c’est original !), toujours parmi des artistes contemporains qui déclinent la tête de mort à toutes les sauces, en ailes de coléoptères (comme l’œuvre de Jan Fabre… qu’on voit ci-dessus), en paquets de Gauloises (Serena Carone) ou sculptées dans des fruits et légumes (Dimitri Tsykalov)…

On redescend au 1er étage, pour la fin de l’exposition, où sont concentrés modernes et classiques. L’atmosphère dans les 2-3 salles consacrées aux Modernes est beaucoup moins atypique puisqu’y figurent quelques vanités de peintres très connus du XXè siècle (Nadar, Buffet Cézanne, Picasso, Buffet) qui intégraient des crânes dans leurs natures mortes.

Cezanne
Picasso

Chez les classiques, enfin, les tableaux sont bien plus sobres. On trouve des choses assez intéressantes comme l’œuvre la plus ancienne de l’expo qui est une petite mosaïque qui couvrait une table de Pompéi avec un crâne symbolisant le corps et un papillon symbolisant l’âme, posés sur la roue de la vie. Sont exposés ensuite de nombreux tableaux classiques entremêlés de bijoux et de travaux de contemporains comme cette œuvre de Cindy Sherman exposée à côté d’une toile de 1650. Quel contraste ! Dans une salle un peu isolée, une œuvre de Boltanski retient l’attention: un très beau théâtre d’ombres qui s’impose à nous de façon énigmatique (comme vous pouvez le voir ci-dessous).

Boltanski

La dernière salle confronte trois magnifiques vanités du XVIIe siècle, trois Saint François en clair obscur tenant un crâne dans ses mains: renversé en arrière, les yeux pleins de folie chez Georges De la Tour (Extase de Saint François), pleins de passion chez le Caravage (Saint François en méditation) et plein de douleur chez Zurbaran (Saint François agenouillé).

*****

Les Vanités font partie de ces tableaux que je préfère dans l’histoire de l’Art occidentale et on ne peut pas nier que le musée Maillol ait fait l’effort d’en réunir un certain nombre, de toutes les époques et de tous les styles, même si ce ne sont pas des œuvres réellement majeures. On pourrait aussi reprocher le fait que le musée se soit focalisé presque exclusivement sur les crânes alors qu’on aurait souhaité voir plus d’objets symboles du temps qui passe (sabliers, etc…). Mais globalement, rien à redire sur les œuvres en elles-mêmes, car la plupart sont assez intrigantes et intéressantes.

En revanche, je n’étais pas retournée au musée Maillol depuis l’expo sur Séraphine l’année dernière et force est de constater que les choses ont bien changé. Pour cette expo, j’ai eu comme l’impression que c’était du pigeonnage de A à Z, et c’est extrêmement désagréable… Évidemment je sais que c’est aussi le cas dans de nombreux autres musées (il n’y a pas que le musée Maillol, hein, j’en suis bien consciente) mais j’ai comme l’impression que c’est de pire en pire. Déjà le prix du billet d’entrée de l’expo est prohibitif: 11€ quand même, alors qu’il y a finalement peu de salles et pas énormément d’œuvres. Le prix de l’audio-guide est lui aussi carrément abusif: 4€50 !! Et si vous souhaitez faire une visite guidée (avec un guide conférencier), l’entrée est non seulement plus chère (logique) mais vous devrez en plus payer la location du casque pour la modique somme de 2€50… Et puis quoi encore, 100 balles et un mars ?!

Après, vous me direz que l’audio-guide n’est pas obligatoire pour visiter une exposition mais je vous souhaite bien du courage pour comprendre et appréhender la plupart des œuvres de « C’est la vie ! » sans vous en être procuré un ou sans, au minimum, avoir compulsé le catalogue ou autre hors-série. Il n’y a quasiment pas de panneau explicatif, absolument aucune pédagogie, rien n’est expliqué, ni le pourquoi des choix du musée, ni le sens des œuvres, ni les raisons pour lesquelles telle une est exposée près de telle autre, ni le pourquoi du comment de l’évolution des Vanités dans l’histoire de l’art… Je vais au musée Maillol depuis de nombreuses années maintenant et j’ai constaté, à regret, qu’ils ne proposaient même plus de brochure gratuite à l’entrée. C’est vraiment du grand n’importe quoi!

En bref, une exposition intéressante dans l’absolu mais qui se contrefout totalement de ses visiteurs. Chapeau…

C’est où ?
« C’est la Vie » – Vanités de Caravage à Damien Hirst
Musée Maillol
61, rue de Grenelle (7è) – M° Rue du Bac
Ouvert tous les jours (sauf mardi et jours fériés) de 10h30 à 19h.
Tarifs: 11€/9€
Jusqu’au 28 juin 2010.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram