Bouffes du Nord

Page 1 sur 11

Sophie Hunger, hier soir, aux Bouffes du Nord

Exceptionnel moment vécu hier soir dans l’enceinte majestueuse et mystérieuse du Théâtre des Bouffes du Nord -qui m’avait émerveillée ici– que ce concert de Sophie Hunger dans le cadre du Festival Fragile (dont je vais ai aussi parlé ici).

last_one

Première partie tout en délicatesse et en jolis mots interprétés par Luciole, une jeune chanteuse française qui vient de sortir son premier album « Ombres » et que vous pouvez découvrir ici, si vous le souhaitez.

Quelques minutes plus tard, Sophie Hunger et ses quatre fantastiques musiciens entrent en scène pour nous offrir un spectacle d’une rare et belle intensité. Comme je vous l’avais dit, le festival a pour objectif de changer les arrangements des morceaux des artistes pour en faire ressortir d’autres couleurs, plus intimes, plus personnelles et plus touchantes. Je n’ai jamais caché mon énorme penchant pour les versions acoustiques des albums, alors autant vous dire que j’étais en transe pendant tout le concert ! En plus, les jeux de lumières et les éclairages créés pour l’occasion rendaient plutôt service à l’atmosphère intimiste du concert (ambiance tamisée, très peu éclairé, presque à la lueur de bougies). Je vous mets une photo d’ensemble que j’ai pu prendre et qui permet de se rendre compte de la scène (même si la qualité de la photo est moyenne).

sc_ne_vue_d_ensemble

Le groupe a repris l’ensemble des morceaux de l’album de Sophie Hunger, « Monday’s Ghost » avec des tonalités un peu plus acoustiques, donc, et j’ai sincèrement a-do-ré ! Mes moments préférés: « Shape », « Monday’s ghost », « Birth-day » et « Rise and Fall » (je vous mets ça en dessous). C’était la première fois que je voyais la folkeuse suissesse sur scène et j’ai été totalement conquise par son naturel, sa sincérité, son émotion… Tous les morceaux que ce soit à la guitare, au piano, à l’harmonica, avec quelques touches de trombone ou de xylophone, m’ont fait chavirer ! J’ai particulièrement adoré le moment où le groupe s’est assis par terre devant le public, sans micro, avec voix et instruments… ambiance feu de camp ! Jouissif.

1

Pendant la soirée aussi, nouveautés et morceaux en suisse-allemand, une langue étonnamment très mélodieuse dans la bouche de Sophie Hunger ! Quelques très belles reprises également, un petit Noir Des’ et un Bob Dylan de derrière les fagots: une tonalité douce et mélancolique qui a donné un tout nouvel éclairage à « Le vent nous portera » et un « Like a rolling stone » plein d’énergie pour conquérir totalement le public jusqu’à une standing ovation finale plus que méritée.

Autant vous dire que j’ai très hâte de voir ce que ça pourra donner avec Pauline Croze mercredi prochain !

4
5


Découvrez Sophie Hunger!

« Fragments » en V.O aux Bouffes du Nord

Ça fait des lustres que j’en parle sur ce blog (et ailleurs aussi, c’est vrai) mais quand j’étais en terminale, notre prof de spécialité anglais nous emmenait très souvent à Paris et lors de ces périples nous allions voir une troupe de théâtre qui jouait les pièces de Shakespeare dans le texte (et sans sous-tires messieurs-dames… c’était hardcore, je vous raconte pas comment on en a bavé, mais ça m’a fait progresser, faut le reconnaître) ! Depuis que je suis à Paris, impossible de me souvenir du nom de l’endroit, j’ai fait mille recherches pour retrouver ce mystérieux théâtre qui a certainement disparu depuis (ben oui, c’était limite à l’âge de pierre !) et j’en suis toujours ressortie bredouille…

J’étais donc très frustrée que dans notre chère capitale il soit aussi difficile de voir des pièces anglaises ou américaines en version originale. Et puis comme ça, épisodiquement, j’arrive à dégoter des bons plans de théâtre en anglais, aptes à me satisfaire.

L’an dernier, c’était au Théâtre Sylvia Monfort (j’en parlais ici). Cette saison, c’est le théâtre des Bouffes du Nord qui propose un spectacle en version originale monté par le mythique metteur en scène anglais Peter Brook (qui travaille en France depuis des années). J’ai été ravie de découvrir pour le première fois les Bouffes du Nord, vieux théâtre ayant dans d’autres vies, servi à présenter des mélodrames, des vaudevilles, du music-hall ou des pièces anarchistes sans succès, ayant essuyé plusieurs scandales et maintes fermetures, ayant changé plusieurs fois de nom avant d’être abandonné pendant plus de 20 ans…

fragments

Cette saison, Peter Brook nous propose donc « Fragments », des extraits de textes de Samuel Beckett peu connus du grand public que j’ai été heureuse de découvrir dans leur langue originale. « Fragments » inclue: « Actes sans paroles II » / « Fragments de théâtre I » / « Berceuse » / « Ni l’un, ni l’autre » / « Va et vient ».

Joués de manière rafraîchissante, ces quelques morceaux d’écrits (1h15 de spectacle) nous permettent de découvrir un autre Beckett que celui qu’on est habitué à lire et à voir joué sur scène : plutôt que profond, hiératique et lourd de significations métaphysiques, il devient tour à tour simple, forain, voire clownesque.  Sans rien trahir de l’essence des propos de l’auteur, Brook et ses interprètes se sont contentés de construire peu à peu ces sketches dans une logique simplissime de dépouillement mais surtout d’insouciance presque enfantine, nous mettant en face de personnages capables à la fois de nous faire rire et de nous émouvoir.

C’est où ?
« Fragments »
Théâtre des Bouffes du Nord
37 bis, Bd de la Chapelle (10è) – M° La Chapelle
Jusqu’au 20 juin.

Page 1 sur 11

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram