Nuit Blanche à Paris

Quelques pistes pour vivre l’évènement Nuit Blanche, qui a lieu ce soir dans la capitale !
De 19h à 7h du matin, toute une nuit d’installations, performances et projections partout dans la ville. Cette année, les artistes envahiront les halls, les vitrines, les façades et les quais de nos gares, mais aussi quelques belles églises !

Voici quelques idées:
Shaad Ali à la Gare de Lyon: Shaad Ali offre au public de pénétrer dans l’univers Bollywood en passant par les coulisses. Tout au long de la nuit, il sera permis d’assister au tournage d’une scène chantée et dansée originale. Costumes, maquillages, rythmes et couplets se succéderont à la lumière de projecteurs, sous l’œil des caméras et du public. Ça risque d’être grandiose !

Tony Oursler à la Gare du Nord: Réalisé avec la participation de 40 élèves du collège de la Grange aux Belles (Paris 10ème), un film montrant les adolescents chantant et chuchotant sera projeté à grande échelle à l’extérieur de la gare. Sur les quais, des « compositions visuelles surprenantes » sont aussi prévues, ainsi qu’un « opéra industriel ».

– A l’intérieur de Saint-Lazare, le duo britannique Semiconductor nous offrira trois œuvres vidéo, avec au programme, jeux sur la perception, expansion de l’univers et Paris futuriste !

Pierrick Sorin à la Gare de l’Est: Pierrick Sorin interviendra sur place, en temps réel et avec la participation du public. Cinq  » Théâtres optiques « , faisant apparaître des personnages miniatures, seront présentés en vitrine dans la Gare de l’Est. Par ailleurs, les images des saynètes produites sur le parvis seront projetées à grande échelle sur la façade du bâtiment d’en face. On retrouvera l’esprit bricoleur, absurde et burlesque de cet artiste contemporain.

NB

Javier Tellez à l’Eglise Saint-Eustache: Son œuvre « Letter On The Blind For The Use Of Those Who See », inspirée d’une parabole indienne et d’un essai de Diderot, sera projetée sur grand écran.

Gi Dexin à l’église Saint Sulpice: Né en 1962 à Pékin où il vit et travaille aujourd’hui, Gu Dexin a choisi de créer un projet hautement spirituel à l’église Saint-Sulpice, traversée par une lumière qui
s’échappera de ses murs vers le ciel ou se verra renvoyée vers le cœur de l’église, créant par diffraction une atmosphère diffuse. Intriguant…

Jeremy Blake à l’Eglise Saint-Paul:  » Station to station  » est une œuvre de 2001 (l’artiste s’est suicidé l’année dernière) composée de cinq écrans plasma où se déroulent en boucle des séquences d’images sonores. Inspirée par le transport en commun urbain, l’œuvre présente une succession images abstraites où prédomine la forme du pixel.

Patti Smith à l’Eglise Saint-Germain: Notre art-rocker préférée est de retour à Paris après sa récente et intéressante exposition, avec une performance musicale à partir de textes de Saint François d’Assise. Sa famille sera aussi de la partie, avec son fils Jesse au piano et son fils Jackson à la guitare. Apparemment elle jouera toute la nuit, « avec quelques entractes » ! Il va y avoir foule !

– Deux tours à Paris s’invitent à la fête, une ancienne et une moderne. La Tour Saint Jacques, 63 m, fraîchement restaurée après sept ans de travaux, sera mise en lumière par l’artiste chinois Gu Dexin qui transformera les façades de la tour avec ses projections vidéo déroutantes qui refléteront le ciel. Et la Tour Montparnasse, 210 m, sera éclairée d’une lumière blanche, d’un faisceau aveuglant et d’ondes sonores par le Japonais Ryoji Ikeda.

Et sinon, en vrac: Une scène en bambou sera construite devant la Comédie Française, avec
une troupe d’opéra de Canton et des projections du cinéaste de Hong Kong Johnnie To. A la piscine Armand-Massard, on pourra se baigner au milieu d’un environnement cosmique (une cartographie céleste inversée recréée par la vidéo de Luiza Jacobsen et Marie-Julie Bourgeois. La piscine de la Butte-aux-Cailles, quant à elle, sera investie par l’association « 13 en vue » avec des bateaux, radeaux et autres vaisseaux fantômes.
A la Maison Rouge, on découvrira une installation de Christian Boltanski, « Le Cœur »: une ampoule accrochée dans une salle s’allume et s’éteint en fonction des battements du cœur de l’artiste. Ensuite, ce sont les visiteurs qui seront invités à venir enregistrer leurs propres pulsations ! A Cour St Emilion, 100 lapins Nabaztag interpréteront l’opéra Nabaz’mob, d’Antoine Schmitt et Jean-Jacques Birgé. Place de Catalogne, l’artiste Otto Pienne se livrera à une performance avec deux de ses sculptures volantes: aérien et sensible. Au musée Zadkine, on ne manquera pas la projection des deux vidéos de l’artiste Anne Deguelle, et notamment celle où elle rend hommage au poète-créateur Robert Filiou, qui voulait envoyer des artistes dans l’espace !

N’hésitez pas à allez jeter un œil à tout ça, le métro marchera jusqu’à 2h (sauf la ligne 14 opérationnelle toute la nuit), sans oublier les Noctambus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Little Miss Chatterbox
Suivez moi aussi par ici …
instagram