Le petit Nicolas à l’Hôtel de Ville

Petit_NicolasLa Mairie de Paris rend hommage au Petit Nicolas à l’occasion du 50ème anniversaire de sa création, à travers une exposition-hommage, qui a lieu du 6 mars au 7 mai. C’est la première exposition jamais consacrée à ce personnage créé en mars 1959 par l’écrivain René Goscinny et le dessinateur Jean-Jacques Sempé. Environ 150 dessins originaux en noir et blanc du « Petit Nicolas », agrémentés d’imposantes photos et citations de Sempé et Goscinny, constituent le fil rouge de l’exposition.

Et on y voit quoi dans cette expo ?
Côté Sempé: Les dessins sont parus dès 1959 dans « Sud-Ouest Dimanche » et dans le défunt magazine « Pilote ». On découvre aussi les éditions originales du « Petit Nicolas » publiées entre 1960 et 1964 aux éditions Denoël, ainsi que les éditions étrangères, de la République Tchèque à la Corée du Sud en passant par la Malaisie. Quel bonheur ces petits dessins… tant d’humour et de finesse. Nicolas avec son cartable, souvent le sourire aux lèvres, suit le chemin de l’école. Nicolas se joue de ses professeurs, la plupart du temps ridiculisés. Face à ses parents, il se transforme en gamin ingénu. Dans la cour de l’école, il observe ses camarades turbulents.

Côté Goscinny: Restitués comme par magie, les outils de travail de Goscinny figurent en bonne place dans l’exposition. Sa machine à écrire, une Royal Keystone, rapportée des Etats-Unis et dont il s’est servi pour les textes de Lucky Luke, d’Astérix et du Petit Nicolas, trône royalement. Une vieille édition du Larousse, dans laquelle il puisait pour imaginer les citations en latin d’Astérix, sied non loin de là. Un exemplaire de la revue des anciens du collège français de Buenos Aires, où Goscinny a passé toute sa scolarité, nous permet de jeter un œil sur des illustrations de vieille dame ou de scènes de famille. Aucun doute là-dessus : l’auteur aurait aussi pu devenir dessinateur, s’il n’avait pas décidé de se consacrer exclusivement à l’écriture de scénarios dans les années 1950.

Une très chouette expo qui nous replonge dans les livres de notre enfance (la mienne en tout cas) avec ses dessins naïfs et la nostalgie des récits, qui nous permet de retrouver pour quelques minutes l’insouciance de l’enfance, bercée de l’amour inconditionnel des parents, du souvenir de l’odeur de la craie et du bruit des billes qui s’entrechoquent.

J’ai craqué pour quelques exemplaires des aventures d’un des héros préférés de mon enfance (comme je vous l’avais dit ici): « Le petit Nicolas », « Les récrés du petit Nicolas », « Le petit Nicolas a des ennuis » et « Les vacances du petit Nicolas ». J’ai hâte de m’y replonger avec nostalgie.
Tiens en parlant de ça, petite question: Est-ce que certains parmi vous ont lu les histoires inédites ?
J’ai aussi cédé à la tentation face aux petits carnets adorables avec le petit Nicolas, parce que j’ai toujours besoin de prendre des notes ! Le carnet rose est déjà devenu mon carnet de « listes » (de choses à faire, d’expos et de films à voir, de trucs de filles à essayer… ).

1 
2

C’est où ?
Hôtel de Ville – Salon d’accueil
29 rue de Rivoli (4è) – M° Hôtel de Ville
Jusqu’au 7 mai.
Ouvert tous les jours de 10h à 19h (sauf dimanche et fêtes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Little Miss Chatterbox
Suivez moi aussi par ici …
instagram