L’art du portrait selon Van Dyck

32229435_pDe ses débuts anversois et premier séjour en Angleterre, son voyage en Italie de 1621-1627, son retour au pays et un séjour dans les Pays-Bas espagnols, jusqu’à l’Angleterre où il était le peintre de Charles Ier et de sa cour, l’exposition Van Dyck présentée par le Musée Jacquemart-André, met à l’honneur un peintre auquel les musées français n’ont jamais consacré d’exposition à caractère monographique en rassemblant les toiles les plus marquantes des grands musées européens et américains.

J’apprécie énormément le Musée Jacquemart-André mais il est vrai que l’espace dévolu aux expositions est assez réduit; d’autant plus réduit que les œuvres exposées ici sont des grands formats qui demandent un certain recul pas toujours suffisant. En ce qui me concerne, j’ai eu la chance d’y aller en semaine, et les salles étaient plutôt vides mais je plains les gens qui ont du visiter cette expo et piétiner la foule, tant l’espace de circulation est réduit, pour réussir à lire les cartels miniatures, et se faire marcher sur les pieds pour découvrir les détails de l’œuvre à chaque changement de salle. J’ai trouvé également assez mal opportun que les éclairages se reflètent trop sur les peintures très vernissées du maître du portrait et gênent un peu la contemplation des détails de ses toiles.

Mais bon, heureusement, à défaut d’être pratiques, il faut bien reconnaître que ces salles ont le mérite d’être un bel écrin pour les portraits de Van Dyck et que le velours recouvrant les murs donne un petit charme suranné à l’ensemble.

Et l’expo, elle-même ?

Je n’avais déjà pas tellement apprécié les gravures de Van Dyck exposées au Louvre il y a quelque temps et malheureusement je n’ai pas plus aimé cette expo. Les toiles sont assez austères à première vue et même si je ne peux qu’apprécier la maitrise technique de l’œuvre de Van Dyck  (notamment sur certains portraits de nobles plein de détails incroyables: fins détails des habits, dentelles, jeux de mains, regards, etc), je n’ai pas ressenti la moindre émotion devant ces bourgeois qui semblent nous toiser froidement de haut… Je crois que je suis assez hermétique à l’œuvre de cet artiste, faut pas chercher plus loin.

L’expo n’en est pas moins très intéressante (si tant est qu’on s’intéresse à l’art du portrait) et point très positif pour le musée, on peut télécharger gratuitement sur le site de l’expo, le Podcast de la visite guidée (de 20 minutes environ). C’est hyper pratique de visiter l’expo, Ipod en mains (et en oreilles), en se baladant et en apprenant tout un tas de choses. Bon point pour le Musée Jacquemart-André !

C’est où ?
Van Dyck
Musée Jacquemart-André
158, Bd Haussmann (8è) – M° Mirosmesnil
Jusqu’au 25 janvier 2009.
Ouvert tlj de 10h à 18h.
Site de l’exposition très très complet et où on peut télécharger le Podcast.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Little Miss Chatterbox
Suivez moi aussi par ici …
instagram