Culture

Page 10 sur 89« First...12345...89101112...1516171819...Last »

L’expo du week-end: « Odilon Redon, Prince du Rêve » au Grand Palais

Petit billet express aujourd’hui pour vous parler d’une expo qui se termine demain soir et que je vous recommande pour ce week-end si vous ne l’avez pas encore visitée: « Odilon Redon, Prince du Rêve » au Grand Palais !

Considéré comme un précurseur du symbolisme et du surréalisme, Odilon Redon a créé au début de sa carrière un univers « noir » fantastique et onirique, avant de basculer vers un monde en couleurs plus serein et apaisé. Un parcours intéressant et intriguant retracé à travers plus de 180 peintures, pastels, fusains, dessins et une centaine d’estampes.

La première partie de l’exposition, et sans aucun doute ma préférée, est consacrée aux sublimes et hypnotiques lithographies de l’artiste. Dix des douze ensembles lithographiques qu’il a publiés sont exposés en entier et je vous garantie que ça vaut le coup d’œil ! Du premier, Dans le rêve, il dira qu’il est un de ses préférés. Déjà, il y dessine des têtes étranges qui flottent dans l’air, des yeux, des êtres étranges. Le second album est quant à lui dédié à Edgar Poe dont l’univers onirique le fascine. Les yeux reviennent, dans les arbres, sous forme d’un ballon qui s’élève dans le ciel. A côté de ces recueils sont exposés des fusains et des gravures extraordinaires, comme l’Araignée souriante (dont je suis fan !) ou la Plante grasse. Ces dessins sont peuplés de figures fantomatiques ou de squelettes prenant la forme d’un arbre et c’est à cause d’eux que, quelques années plus tard, le collectionneur et critique Thadée Natanson le surnommera « le prince du rêve ». Fascinant !


La seconde partie de l’expo nous fait découvrir son travail à partir de 1890 et l’on voit que c’est à ce moment là que son univers s’ouvre à la couleur. On ne peut pas vraiment parler de passage à la couleur puisque Redon a toujours pratiqué la peinture, mais il la réservait au travail sur le motif, son travail imaginaire ne relevant que de ses « noirs », fusains et gravures. Mais à partir du début des années 1890, son univers onirique s’ouvre progressivement à la peinture et au pastel. Les Yeux clos (que je vous ai mis tout en haut en illustration et que je trouve superbe) est l’œuvre qui marque cette transition et deux versions, une lithographie et une peinture, sont exposées côte à côte.

A partir de là et pendant dix ans, Redon travaille à la fois en couleur et en noir. Pendant cette période, il va progressivement vers la lumière et son univers se fait plus serein. Même Songes (1891), une série de lithographies dédiées à son ami Armand Clavaud, qui s’est suicidé, est moins sombre que les précédentes. Il y est question de lueur et de « monde sublunaire ». A cette époque, il peint aussi des enfants, des jeunes filles et des thèmes religieux, Christ ou Bouddha. Les couleurs sont de plus en plus éclatantes, comme dans cet hommage à Gauguin qui explose de turquoise ou de vermillon. Il abandonnera complètement la gravure au tournant du siècle.

La dernière partie de l’exposition est consacrée aux travaux de fin de vie de Redon et à son travail essentiellement décoratif, mais je dois avouer que cela m’a nettement moins intéressée. Je vous conseille donc de passer plus de temps dans les premières salles !

Une belle exposition qui m’a beaucoup touchée et particulièrement les premières salles dont l’atmosphère mystérieuse, sombre, envoutante et poétique (presque burtonnienne… oui, j’aime les anachronismes mais c’est pas grave !) m’a touchée. Je vous la recommande chaudement pour ce week-end, foncez-y avant qu’il ne soit trop tard !

C’est où ?
Odilon Redon – Prince du Rêve
Galeries nationales du Grand Palais, entrée Clémenceau
Avenue du Général Eisenhower (8è) – M° Champs-Elysées-Clémenceau
Ouvert aujourd’hui et demain de 10h à 20h. L’expo se termine demain soir !

Envie d’une lecture girly & légère pour l’été ? (concours)

L’été arrive, les vacances aussi (pour bon nombre d’entre nous du moins) et avec eux, l’envie de lire des choses légères qui nous serviront à passer le temps sur la plage ! En général, c’est bien souvent là que la chick lit intervient et joue à merveille son rôle de pause détente, en mode « relaxation des neurones » (au placard jusqu’à la rentrée ?!). Enfin bon, je dis ça mais en ce qui me concerne, je ne suis pas une adepte de chick lit et il faut avouer qu’à part Bridget Jones, je n’ai jamais vraiment accroché au genre. Pourtant, comme bon nombre d’entre vous j’en suis sûre, j’ai lu quelques tomes (les 2 premiers, pour être exacte) des aventures de Becky Bloomwood dans la fameuse saga des Confessions d’une accro du shopping de Sophie Kinsella et lorsqu’on m’a proposé de découvrir le dernier opus de la série, Mini-Accro du shopping (Mini Shopaholic en V.O, j’aime bien !) je n’ai pas pu résister à la curiosité de le lire pour m’en faire un avis. (ouais, je suis une vraie aventurière, z’avez vu ?)

Dans ce nouveau tome, deux ans après L’accro du shopping attend un bébé, Becky effectue son grand retour, maintenant qu’elle est devenue l’heureuse maman d’une petite Minnie: deux ans à peine et déjà accro au shopping ! Si si, c’est possible… Ahem ! Malgré ça, tout ne se passe pas toujours comme elle le voudrait et quelques imprévus se glissent dans le programme de Becky : l’arrivée d’une nounou pas vraiment accro au shopping, la maison de ses rêves qui lui passe fâcheusement sous le nez, la crise financière qui freine un brin ses envies compulsives de shopping… et j’en passe.

Autant vous le dire tout de suite, que vous aimiez la chick lit ou pas, ce 6è tome ne devrait pas vous faire changer d’avis ! Si vous n’aimez pas du tout, je pense qu’il pourra difficilement répondre à vos exigences. En revanche, il ne décevra pas les fans de la saga car cette nouvelle intrigue conserve totalement l’esprit un peu fashion foufou qui a fait son succès. C’est une lecture divertissante dans la droite lignée des précédents opus donc, légère, fraiche, souvent drôle et qui change bien les idées. Une lecture futile et qui ne va pas chercher bien loin certes, mais totalement assumée comme tel… ce qui peut plaire ou pas.

Et vous alors, chick lit ou pas ?

♥ CONCOURS ♥

Pour fêter l’arrivée de l’été et vous permettre d’emmener éventuellement ce nouveau tome avec vous sur la plage (ou ailleurs), je vous propose aujourd’hui de remporter 1 exemplaire de Mini-Accro du shopping !

Pour gagner, c’est simple, il vous suffit de me laisser un commentaire ci-dessous en me disant quel livre (dans n’importe quel genre littéraire) vous me recommanderiez d’emmener avec moi en vacances ! (oui, je fais mes courses cette semaine en vous demandant des conseils) (et même si vous n’êtes pas tenté(e)s par le livre, je veux bien vos conseils quand même !!)

Pour déterminer la gagnante, je ferai un tirage au sort parmi toutes vos réponses (une chance de + pour celles qui « aiment » ma page Facebook, comme d’habitude). Vous pouvez participer jusqu’au vendredi 17 juin, minuit.

Edit: J’avais oublié de le préciser mais c’est Marion qui avais remporté l’exemplaire de Mini-Accro du shopping ! Merci à toutes pour votre participation nombreuse et surtout de tous vos conseils :)

*****

Et si vous souhaitez gagner encore + de cadeaux, je vous invite également à participer au jeu-concours organisé ici jusqu’au 15 juin pour fêter la sortie du roman: 1500€ à gagner pour une virée shopping sur Place des tendances, 250€ de bons d’achat pour s’offrir des sacs à main, 20 sacs my biotiful bag, des collections complètes de la série de l’Accro du shopping en format poche et 20 exemplaires de Mini-Accro du shopping !

Merci aux éditions Belfond pour cette lecture !

Cocoon en concert privé, ça vous dit ? (3×2 places à gagner)

Pour bien terminer la semaine, je vous propose un petit concours pour vous faire gagner 3 x 2 places pour voir Cocoon en concert privé sur Paris la semaine prochaine. Ça vous tente ?

Un petit mot quand même pour vous informer que le 20 juin, leur dernier album Where The Oceans End, ressortira dans une version accompagnée de 5 reprises dont celle d’American Boy (Estelle), qui tourne en boucle chez moi en ce moment !

Si vous me suivez sur Facebook (si c’est pas le cas, c’est maaaal, très maaal), vous devez le savoir puisque je l’ai mis sur mon mur hier mais le clip est très très sympa ! J’aime beaucoup la reprise, ça donne envie d’été, de légèreté, de douceur de vivre californienne… Bref, ça m’a trop trop donné envie de retourner à L.A. en gros ! (à bon entendeur)

Image de prévisualisation YouTube

♥ CONCOURS ♥

Aujourd’hui, j’ai l’opportunité de vous faire gagner 3 x 2 places pour vous rendre au concert privé de Cocoon organisé par Sony qui se jouera jeudi 16 juin (le soir) à La Machine !

Pour gagner des places, c’est très simple: il vous suffira de me laisser un commentaire ci-dessous en me disant quel est votre dernier coup de cœur musical ! (oui, j’aime bien vos petits conseils et j’ai envie de remplir encore plus mon iPod !)

Pour déterminer les 3 gagnant(e)s, je ferai un tirage au sort parmi toutes vos réponses (une chance de + pour celles et/ou ceux qui « aiment » ma page Facebook, comme d’habitude… pour celles qui le sont et ont déjà participé à l’un de mes concours, pas besoin de me le redire, j’suis au taquet, vous en faites pas !). Vous pouvez participer jusqu’à dimanche soir (12 juin), minuit.

Dernière précision importante: je donnerai les noms des gagnants lundi en éditant ce post et sur ma page Facebook. Donc, s’ils souhaitent avoir les places il faudra me contacter rapidement pour que je puisse communiquer leurs noms au plus tard mardi. En cas d’absence de réaction de la part d’un(e) des gagnant(e)s, je remettrai les places en jeu lundi soir sur mon Twitter ! Voilou :)

*****

Edit: Les 3 personnes qui gagnent chacune 2 places pour le concert privé de Cocoon sont: shanie64, mathmath et Jyngly ! Désolée pour celles qui n’ont pas gagné et encore merci de votre participation aussi nombreuse :)

Les filles, j’attends donc un petit mail de votre part, via le formulaire de contact de ce bloug, avec votre nom et le nom de votre +1 ! Merciiii :)

« Dans l’intimité des frères Caillebotte » au Musée Jacquemart-André

Comme je vous le disais ici en début de semaine, il y a quelques jours j’ai eu le privilège de me rendre à la magnifique expo « Dans l’intimité des frères Caillebotte, Peintre et Photographe » lors d’une visite privée matinale organisée par Arts Magazine au musée Jacquemart-André.

A travers une mise en regard à la croisée de la peinture impressionniste et de la photographie, cette exposition évoque à merveille l’univers artistique et intime des frères Caillebotte, parfaits témoins d’une époque en pleine mutation urbaine et technique, mais aussi d’un art de vivre si joliment illustré par les artistes impressionnistes. Grâce à des prêts exceptionnels de collections privées et publiques, le musée Jacquemart-André y fait habilement dialoguer, de façon inédite, plus de 50 toiles (dont certaines n’avaient encore jamais été présentées au public) de Gustave avec près de 130 tirages modernes, réalisés à partir des originaux de Martial.

L’expo est vraiment très intéressante car là où la renommée de Gustave Caillebotte -célèbre pour son talent de peintre et son rôle de mécène auprès de ses amis impressionnistes- n’est plus à établir, celle de son frère semble être longtemps restée dans l’ombre de l’Histoire de l’Art. « Dans l’intimité des frères Caillebotte, Peintre et Photographe » a donc le mérite de nous faire comprendre l’importance de Martial (à la fois compositeur, pianiste et photographe) dans la vie de Gustave, ainsi que les liens et affinités profondes qui unissaient les deux frères. La mise en perspective inédite des tableaux et des photographies est vraiment passionnante car elle permet de s’immiscer dans l’intimité d’une grande famille parisienne à l’aube du XXè siècle, mais aussi d’en apprendre un peu plus sur la nouvelle vie citadine de l’époque.


L’exposition est assez courte mais comme toujours à Jacquemart-André, vraiment bien faite, pertinente et très riche. La scénographie est également plutôt réussie avec un changement d’ambiance au gré des différentes salles et thèmes que l’on traverse. J’ai beaucoup aimé découvrir le travail de Martial, témoin d’une grande sensibilité pour des thèmes représentés dans les toiles de Gustave : les vues de Paris, les voiliers, les jardins ou les bords de l’eau. J’ai adoré scruté les moindres détails de ses photos où l’on apprend des tas de choses passionnantes sur la vie à l’époque, les photos de Paris avec Montmartre et son Sacré Cœur en construction, les photos des amis de Gustave (ahhh Renoir !), etc… Et quel plaisir de regarder avec curiosité les photos de leurs maisons remplies de tableaux impressionnistes et découvrir par hasard des toiles qui sont maintenant dans nos musées nationaux… Pfff, le rêve ! 

L’exposition est vraiment très instructive (encore plus avec l’audio-guide qui fourmille de mille petits détails intéressants… on peut le télécharger gratuitement ici) et pour ma part, je n’ai pas cessé de m’émerveiller devant chaque toile, sublime, de Gustave: ah ces couleurs, cette lumière, cette sensibilité… Un vrai coup de cœur ! Grâce à Arts Magazine, je suis également repartie avec le magnifique catalogue de l’exposition et autant vous dire que depuis, je me régale en en feuilletant quelques pages chaque soir.

Une exposition à ne surtout pas manquer !


C’est où ?

Dans l’intimité des frères Caillebotte, Peintre et Photographe
Musée Jacquemart-André
158, Bd Haussmann (8è) – M° Miromesnil ou Saint-Philippe-du-Roule
Tarifs: 10€/8,50€
Ouvert tous les jours de 10h à 18h, et le lundi jusqu’à 21h30. Nocturnes supplémentaires les samedis 11, 18 et 25 juin jusqu’à 20h.
Je vous invite grandement à découvrir le joli site dédié à l’expo !
Jusqu’au 11 juillet 2011.

*****

Bon et promis, la prochaine fois, j’arrête de vous parler de mes coups de cœur (quoique ?!) et je vous mets en ligne le compte-rendu de toutes les expos parisiennes visitées ces derniers mois. Une sorte de mini récap’ avant les vacances !

Page 10 sur 89« First...12345...89101112...1516171819...Last »

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram