Mon Théâtre

Page 12 sur 16« First...12345...1011121314...Last »

Ma rentrée théâtrale #1 – « Pièce détachée » à la Gaîté Montparnasse

Pour fêter dignement la rentrée théâtrale, je me suis programmé quelques pièces, à commencer par la première mise en scène de Florence Foresti, « Pièce Détachée » de Thierry Buenafuente.

Le pitch ? Edouard est publiciste, il a quitté son agence pour très bien réussir aux États-Unis et revenir trois ans plus tard avec à son bras sa future épouse, une danseuse américaine. Il décide de profiter de la Saint-Sylvestre pour organiser une fête, réunir ses anciens associés afin de leur présenter sa belle conquête…

pi_ce_d_tach_e_affiche

Je ne vous cacherai pas que pendant la première demie heure, je me suis sérieusement demandé ce que je foutais là: les enjeux de rivalité sont rapidement révélés, l’humour est attendu et l’interprétation poussive. Mais… Ben oui, il y a un « mais », ouf !

Passé ces vingt premières minutes hésitantes, un habile subterfuge va totalement chambouler tout ce qui se passe sur scène. Le dévoiler ici vous enlèverait tout le plaisir de la surprise, alors je ne vous dirai rien mais je vous garantie que ça vaut la peine de traverser cette introduction un peu barbante ! Le plus fou est que, rétrospectivement, on se surprend à trouver du mérite à ce qui nous a, au début, agacé… La suite est créative, tourbillonnante et surtout incroyablement drôle ! L’écriture est enlevée, les dialogues épatants, le scénario étonnant et la fin est tout bonnement jubilatoire ! Les comédiens se révèlent également très bons, particulièrement Thierry Teki qui m’a fait mourir de rire !

pic

En bref, même si ce n’est pas la pièce de l’année, on passe un très bon moment.

C’est où ?
« Pièce Détachée »
Théâtre de la Gaîté Montparnasse
26, rue de la Gaîté (14è) – M° Gaité
Plus d’infos ici.
Il y a pas mal de tarifs intéressants sur des sites comme webguichet ou billetreduc, profitez-en !

« Fragments » en V.O aux Bouffes du Nord

Ça fait des lustres que j’en parle sur ce blog (et ailleurs aussi, c’est vrai) mais quand j’étais en terminale, notre prof de spécialité anglais nous emmenait très souvent à Paris et lors de ces périples nous allions voir une troupe de théâtre qui jouait les pièces de Shakespeare dans le texte (et sans sous-tires messieurs-dames… c’était hardcore, je vous raconte pas comment on en a bavé, mais ça m’a fait progresser, faut le reconnaître) ! Depuis que je suis à Paris, impossible de me souvenir du nom de l’endroit, j’ai fait mille recherches pour retrouver ce mystérieux théâtre qui a certainement disparu depuis (ben oui, c’était limite à l’âge de pierre !) et j’en suis toujours ressortie bredouille…

J’étais donc très frustrée que dans notre chère capitale il soit aussi difficile de voir des pièces anglaises ou américaines en version originale. Et puis comme ça, épisodiquement, j’arrive à dégoter des bons plans de théâtre en anglais, aptes à me satisfaire.

L’an dernier, c’était au Théâtre Sylvia Monfort (j’en parlais ici). Cette saison, c’est le théâtre des Bouffes du Nord qui propose un spectacle en version originale monté par le mythique metteur en scène anglais Peter Brook (qui travaille en France depuis des années). J’ai été ravie de découvrir pour le première fois les Bouffes du Nord, vieux théâtre ayant dans d’autres vies, servi à présenter des mélodrames, des vaudevilles, du music-hall ou des pièces anarchistes sans succès, ayant essuyé plusieurs scandales et maintes fermetures, ayant changé plusieurs fois de nom avant d’être abandonné pendant plus de 20 ans…

fragments

Cette saison, Peter Brook nous propose donc « Fragments », des extraits de textes de Samuel Beckett peu connus du grand public que j’ai été heureuse de découvrir dans leur langue originale. « Fragments » inclue: « Actes sans paroles II » / « Fragments de théâtre I » / « Berceuse » / « Ni l’un, ni l’autre » / « Va et vient ».

Joués de manière rafraîchissante, ces quelques morceaux d’écrits (1h15 de spectacle) nous permettent de découvrir un autre Beckett que celui qu’on est habitué à lire et à voir joué sur scène : plutôt que profond, hiératique et lourd de significations métaphysiques, il devient tour à tour simple, forain, voire clownesque.  Sans rien trahir de l’essence des propos de l’auteur, Brook et ses interprètes se sont contentés de construire peu à peu ces sketches dans une logique simplissime de dépouillement mais surtout d’insouciance presque enfantine, nous mettant en face de personnages capables à la fois de nous faire rire et de nous émouvoir.

C’est où ?
« Fragments »
Théâtre des Bouffes du Nord
37 bis, Bd de la Chapelle (10è) – M° La Chapelle
Jusqu’au 20 juin.

Coup de coeur: Le Clan des divorcées au Palace

le_clan_des_divorc_esOhlala je m’aperçois que j’ai failli à la tâche, j’ai carrément oublié de vous parler de mon coup de cœur théâtral de l’année ! Et oui, rien que ça ! Je pensais pouvoir difficilement plus rire que dans le spectacle de Laurent Lafitte, « Comme son nom l’indique » (qui depuis que je l’ai vu est d’ailleurs au grand Palais des Glaces…gnark gnark) mais c’était sans compter sur cette pièce qui est tout simplement irrésistible. A se faire pipi dessus (sans rire, en plus !).

Petit pitch: « Trois femmes divorcent et partagent le même appartement. A trois, elles vont vivre la douloureuse mais hilarante épreuve du divorce. Cette comédie très drôle met en scène le divorce vu par trois femmes au statut social bien différent. La bourgeoise Stéphanie d’Humily de Malanpry, la british délurée Mary Bybowl et Brigitte la rurale vont partager leur expérience du divorce mettant ainsi le rire sur une rupture pas toujours évidente. »

Alors, c’est bien simple, je crois bien que je n’avais jamais autant ri au théâtre. Et je n’exagère pas ! C’est rarissime que je me marre pendant toute la durée d’une pièce. Non attendez. Ça n’arrive jamais, en fait ! Mais là, tout fonctionne, c’est à hurler de rire pendant 2h non stop: les dialogues sont hilarants, les répliques tordantes fusent toutes les 2 secondes, les personnages sont à se tordre de rire, et particulièrement celui de Brigitte, interprété par le fabuleux comédien/auteur de la pièce, Alil Vardar. Il y a même une dose d’improvisation réactualisée au jour le jour, c’est juste énoooooooooorme !

Bref, si vous voulez savoir ce que ça fait de pleurer (au sens propre, en plus !) de rire pendant 2h, je ne peux que vous conseiller cette pièce.

A VOIR ABSOLUMENT.

C’est où ?
Le Clan des Divorcées
Le Palace
8, rue du faubourg Montmartre (9è) – M° Grands Boulevards
Jusqu’au 30 août.

La Framboise Frivole: « Furioso »

framboise_frivoleIl y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de découvrir un spectacle d’un genre totalement inédit qui ravira les mélomanes les plus acharnés !

Dans « Furioso », Peter Hens, accompagné de son violoncelle et des doigts agiles du pianiste Yves Gourmeur saute allègrement d’une musique à une autre: en l’espace d’une demi-seconde, il change de style, d’époque et de voix. Le mélange des genres musicaux est magistral et impeccable, c’est réellement bluffant. On passe son temps à chercher les airs qu’on pense reconnaître mais qui se sont faufilés dans un coin de notre tête ou à fredonner ceux qu’on connaît par coeur à force de les reprendre trop souvent.

A côté de ça, pendant les « pauses », Peter Hens raconte comment il a failli devenir chef… cuisinier ! C’est sur ce thème que se construit le spectacle. A titre d’exemples, au début du spectacle, il commence par entonner un lieder de Schubert (Leader Maximo) dont le texte, très loin de Goethe, semble copié… sur la carte d’une pizzeria ! Quelques facéties plus tard, son Alléluia de Haendel est soudain détourné par Freddy Mercury ! Impressionnant !

Seul petit bémol, j’ai trouvé : l’excès de calembours dont visiblement Peter Hens raffole est un chouïa indigeste pour le spectateur. Si l’on excepte ce petit travers, la balade gastronomico-musicale de la Framboise Frivole vaut vraiment le voyage ! Le final est un must : au moment de se séparer, le public, debout, est appelé à reprendre le final de Traviatata (non, y’a pas de « ta » en trop !) de Verdi avec des sonorités loufoques de basses wagnériennes sur la digestion… Un régal !

C’est où ?
Théâtre des Bouffes Parisiens
4, rue Monsigny (2è) – M° Quatre-Septembre
Du mardi au samedi à 21 h et matinée le samedi à 16 h 15
01 42 96 92 42

Page 12 sur 16« First...12345...1011121314...Last »

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram