Mes concerts

Page 5 sur 6« First...23456

Elvis Perkins à la Maroquinerie

Hier soir, j’ai eu le bonheur de voir Elvis Perkins sur la scène de la Maroquinerie, une petite salle parisienne que j’aime beaucoup. Le son y est excellent, on voit super bien les musiciens et les instruments d’où qu’on soit, ce qui permet de créer l’atmosphère parfaite pour s’imprégner des mélodies et surtout des textes.

Je n’ai pas du tout accroché à la première partie, la Féline, un concentré de n’importe quoi sous une étiquette pop-folk fourre-tout dans lequel la chanteuse aurait mieux fait de s’acheter une voix avant d’auto-produire son album. Bref, ça m’a laissée légèrement dubitative et j’attendais avec impatience l’arrivée d’Elvis Perkins (dont j’avais eu un coup de foudre absolu pour son premier album « Ash Wednesday » si vous vous souvenez bien). Autant vous dire que le concert fut un moment magnifique, magique et rare.

blog_1

21h: Elvis Perkins, transformé depuis son premier album, avec cheveux longs et bonnet rouge (il ne l’a pas gardé longtemps, je vous rassure et heureusement, vu la chaleur dans la salle !), arrive sur scène tout en retenue et pudeur, tel que je l’imaginais. A chaque mot, à chaque son, il ferme les yeux et nous livre sa poésie, avec sa guitare et un harmonica. C’est simple et beau.

blog_3 
blog_4

On a eu droit à un harmonieux mélange entre le premier et le second album, beaucoup moins mélancolique et cousu de quelques morceaux plus punchy et rythmés ! Parmi mes moments préférés, beaucoup de morceaux du premier album, forcément: « While you were sleeping », « Emile’s Vietnam in the sky », le très chouette « Shampoo », « Ash Wednesday » (à me vous tirer quelques larmes… terriblement émouvant) et la sublime « All the night without love » pour le rappel, chantée à demis-mots avec le public. Sublime.

blog_2

En bref, j’ai passé une excellente soirée. D’autant plus agréable que la Maroquinerie possède un bar/resto avec une terrasse génialissime quand il fait un temps comme celui d’hier ! Dans le quartier, j’aime aussi beaucoup l’esprit de la Bellevilloise, juste à côté de la Maroquinerie, et qui a une cour magnifique ou du bar « Mon chien stupide » (en référence au bouquin de John Fante) au bout de la rue Boyer. Tiens, j’en parlerai surement dans un prochain billet ;)

C’était où ?
La Maroquinerie
20, rue Boyer (20è) – M° Gambetta (pour y aller) ou Ménilmontant (pour en revenir car c’est en pente descendante !)

Dionysos au Zénith de Paris

dionysos2J’ai eu la chance d’assister au concert de Dionysos lundi soir au Zénith de Paris pour la promotion de leur dernier album, La mécanique du cœur. Et c’était vraiment un moment incroyable comme on en vit pas souvent en live !

20h: La première partie, petit groupe français Coming Soon, qui semble une fausse bonne idée (ils essaient d’être originaux mais ont du mal à convaincre…). Ils ne m’ont pas semblé du tout au point en live anyway.

21h: Le décor prévu pour Dionysos, fait de pendules style gothiques, commence à s’agiter et les lumières s’éteignent pour laisser place… à un Mathias Malzieu au plus haut de sa forme ! Leur réputation de meilleur groupe de scène de rock français n’est pas usurpée. Quelle énergie ! Quel spectacle ! La mise en scène est travaillée tout en restant naturelle, le groupe bondit pendant plus de 2h, s’acharnant sur leurs (magnifiques) instruments comme des fous furieux.

La salle n’est pas en reste, le Zénith de Paris complètement bondé n’a jamais sauté aussi haut, ça slamait de partout. Mais ce n’est rien à coté de Mathias, poète de génie et expert en foule en furie, qui grimpe de plus en plus haut pour sauter dans la foule, jusqu’à se mettre debout au milieu des bras tendus, et qui traverse même toute la salle, gradins compris, en crawlant sur une mer de mains, avant d’aller escalader jusqu’au fond de la salle ! Une tuerie.

Et il réussit ce que peu d’artistes arrivent à faire en live: il emporte toute la salle avec lui. J’avais rarement vu une telle complicité et interaction avec le public. Dionysos possède une énergie et une générosité incomparables sur scène. C’est indéniablement à voir au moins une fois dans sa vie !

Cerise sur le gâteau, étaient présentes de nombreuses voix de l’album façon « guest stars »: Rossy de Palma, Olivia Ruiz, Arthur H, Eric Cantona (qui semblait totalement paumé et intimidé, le choupinet) et Grand Corps Malade.

Bref, de la pure folie poésie en live… Et ça fait vraiment du bien !

Mathias

Dernière info, au passage: le groupe s’est associé avec la Fnac pour lutter contre l’illettrisme chez les jeunes enfants. A cet effet, un CD 3 titres a été commercialisé en édition limitée dès le 20 octobre pour l’opération  » On aime, On aide « . Il inclue les inédits « Tais-toi mon coeur » (version radio), « Miss Acacia » (version live symphonique) et « Coccinelle » (version live de 2000). Les recettes de la vente de ce 3 titres seront reversées aux associations.

Mon Rock en Seine 2008

Et voilà, la dernière édition de Rock en Seine s’est terminée hier soir, avec un petit goût amer, puisque, comme d’habitude, Amy Winehouse qui était annoncée en dernière partie de soirée a tout simplement annulé son concert au tout dernier moment ! Pathétique…

Heureusement, les autres artistes ont été, cette année, plus qu’à la hauteur et je vous offre donc un petit tour d’horizon des concerts auxquels j’ai pu assister !

Jeudi 28 août:

The Do
Petit concert bien sympathique pour commencer en douceur le festival, avec the Do, formation franco-finlandaise très très charmante. Olivia et Dan forment un duo dont la musique oscille entre folk et rock et j’avais vraiment adoré leur premier album « A Mouthful », qui a d’ailleurs fait un carton dès sa sortie, il y a quelques mois. Sur scène, ils enchaînent les tubes de l’album agrémentés de longs arrangements très rock (Rock en Seine oblige). Seul l’inédit « Bohemian Dances » calme un peu le jeu avant la tornade « On My Shoulders »… Bref, j’ai vécu un très joli moment, entre balades folk mélancoliques et moments plus rythmés.

the_do the_do2

the_do3

Dirty Pretty Things
Encore un « petit concert » (je vais me faire conspuer par les fans) où les Dirty Pretty Things nous ont balancé un set très efficace où les pépites rock de leur premier album firent merveille. Je reste un peu plus circonspecte sur son successeur même si les nouveaux titres passent plus facilement l’épreuve du live que du disque. On accordera quand même à Carl Barat une certaine idée de la classe anglaise. Mais y’a pas à dire, il aura beau faire son maximum, n’est pas Pete Doherty qui veut (c’était ma minute méchante gnark gnark). Ne serait-ce qu’au niveau vocal…!

DPTDPT2

DPT3DPT4

Kaiser Chiefs
Voilà le premier excellent moment du festival: mon second concert de Kaiser Chiefs !! Après moults hésitations, le chanteur Ricky Wilson ne se jettera finalement pas dans la foule, mais comme à son habitude, on le verra courir d’un bout à l’autre de la scène, sauter les jambes bien haut depuis la batterie, grimper sur le côté de la scène, pousser le public à faire les chœurs ou encore rejoindre une plateforme sur le côté de la fosse ! Bref, il assure le show pendant que ses collègues enchaînent les tubes des deux premiers albums (« Every day I Love you Less and Less », « Na, Na, Na, Na, Na », « Heat Dies Down », « Angry Mob »…) et offrent au public quelques inédits du troisième opus à venir en octobre. Moment d’anthologie sur « I predict a riot » :) Excellent concert.

KS
KS2

REM
J’avais déjà vu REM il y a 2 ou 3 sur la scène du POPB, et c’était donc avec grand plaisir que j’attendais ce nouveau concert ! Le trio originaire de Géorgie, accompagné d’un batteur et d’un second guitariste, nous a proposé un set plein d’énergie à l’image de leur dernier album « Accelerate » qui occupera une bonne partie du concert. Gros festival oblige, le groupe n’en oublie pas quelques uns de ses plus gros tubes (« What’s the frequency, Kenneth? », « Losing My Religion », « Man on the Moon »…) mais aussi quelques beaux morceaux un peu moins connus (« Electronite »…). Michael Stipe rappelle sa haine de l’administration Bush avant de chanter quelques minutes plus tard « This is the end of the world (And I feel fine) » ! Le show impressionne surtout pour ses écrans géants où des images du groupe en live sont retravaillées en direct en kaléidoscope de textures et de couleurs. Concert génialissime. Mission accomplie !

REM
REM2
REM3
REM4

Vendredi 29 août:

DB Clifford
Comme je vous le disais l’autre fois, j’avais découvert DB Clifford en première partie des Countings Crows il y a quelques mois et j’avais déjà beaucoup aimé. Une fusion entre des mélodies pop et du « songwriting », des grooves sensuels et de la spiritualité soul. Un univers à la croisée des Beatles, Stevie Wonder et de Jamiroquai. Le concert d’hier avait la particularité d’être assez tranquille (peu de monde, puisqu’il était seulement 15h) et j’ai pu vraiment en profiter de très près. Un chouette moment !

DB1
DB2

Louis XIV
J’ai vraiment beaucoup aimé le rock énergique et pêchu du quatuor de San Diego. Sur scène, les éléments blues dans le rock de ces californiens sont plus présents, on entend quelques bons solos de guitare. Les deux chanteurs, le barbu à la voix puissante et haute, Brian Karscig, et le leader Jason Hill qui chante presque en « rappant », s’harmonisent parfaitement et c’est du meilleur effet.

Louis_14
Louis_14_bis

Jamie Lidell
Connu ses prestations scéniques particulières, Jamie Lidell est un homme-orchestre à lui tout seul. Je n’ai pas assister à ce concert entièrement, donc mon avis se base uniquement sur la fin, mais j’ai un peu moins accroché au côté expérimental de pas mal de titres. C’est pas évident sur scène, tout n’est pas forcément hyper audible de loin, donc le résultat était assez inégal… Pas convaincue.

Lidell

The Jon Spencer Blues Explosion
Découverte totale de ce petit groupe new-yorkais à mi-chemin entre blues, rock-garage, punk et rythm’n’blues, que j’ai trouvé plutôt en forme. A retenir: des cris, des riffs déchirants et le look super glam de Jon Spencer. Bref, une chouette découverte !

Jon_Spencer
Jon_Spencer2

Kate Nash
19h15, concert de Kate Nash sur la scène de la cascade. J’attendais ce moment avec impatience car j’avais sincèrement aimé le petit univers créé dans son album. Et là, sur scène, je ne sais pas si ça venait de moi, mais je m’attendais à mieux. Certes, on retrouve un peu tout ce dont je viens de parler juste avant mais petite déception tout de même. L’ambiance était assez molle, elle mettait 2h à changer de guitare, à s’installer à son piano et puis le son était vraiment médiocre !  Je sais que ce n’est pas comparable mais quand on voit ce que sa compatriote Adèle (dont j’avais adoré l’album) est capable de faire…

Nash
Nash2

The Raconteurs
Avant ça, je n’avais pas eu la chance de voir la nouvelle formation de Jack White sur scène. C’est maintenant chose faite ! J’ai vraiment adoré: de la guitare, de la guitare et encore de la guitare !! Ce concert était vraiment le clou du festival, un moment exceptionnel :)

raconteurs2

raconteurs

raconteurs3

Et donc, comme je vous l’expliquais au début de ce billet, Amy Winehouse a annulé sa participation au festival à la dernière minute… She should REALLY try to go to REHAB… Mouarf…

Petit coup de cœur également pour le très bon groupe français Brooklyn dont je n’ai pas de photos malheureusement, mais ce fut une très très chouette découverte !

Un excellent festival, malgré tout :)

Let’s Rock

rock_en_seine_2008Rock en Seine 2008 ça commence aujourd’hui ! Enfin, non, officiellement, ça a commencé le 20 août où le parc de Saint-Cloud a accueilli un concert de Rage Against The Machine.

Aujourd’hui, c’est donc le second temps du festival et autant vous le dire, cette année c’est un programme de fous , avec à la fois des groupes cultes mais aussi des nouveaux venus au talent prometteur et à l’énergie communicative.
Parmi les premiers, figure Amy Winehouse, qui je l’espère sera capable de monter sur scène vendredi soir (!!), avec notamment The Roots, Justice, Jamie Lidell, Kate Nash, The Raconteurs, Louis XIV, DB Clifford (que j’avais vu en première partie de Counting Crows) ou encore the Streets.

Ce soir, R.E.M, l’aura précédée, en compagnie de Tricky (ancien de Massive Attack), Plain White T’s, Kaiser Chiefs, The Do, Serj Tankian (leader de System of a Down), Dirty Pretty Things …

C’est parti pour 2 jours de Rock en continu !

C’est où ?
Festival Rock en Seine
Parc de St Cloud (St Cloud)
Plus d’infos ici !

Page 5 sur 6« First...23456

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram