Mes concerts

Page 3 sur 612345...Last »

Fnac Indétendances

Après avoir reçu en 2008 Jehro, Claire Diterzi, Keziah Jones, Spleen ou encore Caravan Palace sur les quais de Seine, le festival Fnac Indétendances revient cet été afin de faire souffler sur Paris un petit air de vacances. Pour sa 6e édition, le festival change de quartier et s’installe pour la première fois sur le Parvis de l’Hôtel de Ville après cinq années passées au Pont de Sully. Ça va être un changement radical… et tant mieux !

indetendances

Tous les vendredi et samedi soirs entre le 25 juillet et le 15 août de 18h à 22h, une trentaine de concerts gratuits seront proposés. Savant mélange entre jeunes talents et artistes confirmés, tous issus de labels indépendants, cette programmation est la raison d’être du festival. Parmi les artistes sont attendus notamment Charlie Winston, La Rue Ketanou, CirKus (avec Neneh Cherry), Peter von Poehl, Piers Faccini, Joseph Arthur, Fujiya & Miyagi, Mickey 3D, Naïve New Beaters, La Ruda, Cocoon, Imbert Imbert, Chinese Man, Amadou et Mariam, … du beau monde !

A noter aussi: le 5 août, carte blanche à Damon Albarn lors d’une soirée exceptionnelle dans le cadre d’Africa Express, collaboration musicale entre des musiciens africains et occidentaux. « Damoooooooooon » (private joke vers quelqu’un qui se reconnaîtra mouahahahah).

Pas mal de soirées sympas en perspective pour ceux qui restent sur Paris !

Pour le programme détaillé, c’est par ici.

Amos Lee au Nouveau Casino

J’ai eu beaucoup de mal à écrire ce billet car je suis encore sous le coup du merveilleux moment que j’ai passé hier soir au Nouveau Casino à l’occasion du retour d’Amos Lee sur l’une de nos scènes parisiennes (et française aussi, un peu). C’est un moment que j’attendais depuis des années, car Amos Lee est probablement l’un mes artistes actuels préférés. Autant vous dire qu’ « impatiente » est un doux euphémisme pour décrire mon état d’hier après-midi !

Mais revenons à nos moutons. En guise d’apéro, une première partie ébouriffante, Mut Lu, ami d’Amos Lee de Philadelphie qui nous livre des balades folk-soul à la guitare plutôt très très sympas. Si vous souhaitez l’écouter c’est par … J’ai écouté les chansons de ses deux albums sur iTunes sur son Myspace et j’dois avouer que j’ai été carrément plus séduite par le live que par les versions « studio ». Affaire à suivre donc !

Mut_Lu

Autant vous dire qu’à 21h, je n’en pouvais plus de trépigner d’impatience jusqu’à ce que… je vois Amos fendre la foule juste à côté de moi (groupie powaaaaaaaaaaa… ou pas !) pour arriver sur la scène. Il ne pouvait me faire de plus beau cadeau qu’en entamant le concert avec ma chanson préférée « Keep it loose. Keep it tight »…Un moment très beau tout en retenue, plein d’élégance, comme un chouette clin d’œil du hasard (ou du destin, mouahahahah, comment je rêve ?!) pour commencer la soirée !

1

Plus qu’un descriptif détaillé de la soirée, j’ai envie de vous livrer un recueil d’émotions que j’ai traversé et qui m’ont fait chavirer pendant ces quelques heures. Ce concert me l’a confirmé, Amos Lee est un artiste totalement habité. A chaque note, à chaque nouvelle chanson, on ressent totalement le texte et la musique de l’intérieur et c’est ce qui fait, je pense, que son travail me touche à ce point. Sans parler de cette humilité, de cette touchante retenue qu’il a et qui fait que je suis séduite totalement.

23

Inutile de préciser que je ne peux pas citer un moment préféré du concert puisque j’ai tout aimé… adoré même. A chaque mélodie, on ressent pleinement toutes les influences qui parcourent sa musique: jazz, folk, country, blues, soul… Comme une impossibilité de se fixer vraiment, de choisir, qui fait tout le charme de cet artiste. Sans oublier sa voix de malade, bien évidemment. Je ne saurais vraiment vous expliquer tout ça rationnellement car j’étais pratiquement en transe pendant toute la durée du concert mais c’était sublime. Voir tous les morceaux que j’aime passionnément et que je connais par cœur prendre vie d’une façon aussi belle, aussi touchante, aussi émouvante… il y a de quoi laisser sans voix.

Bref, j’ai vécu un de ces moments rares qui restera imprimé dans ma mémoire pour longtemps. Très longtemps.

4

Dis, Amos, tu reviens quand ?! En attendant, je vous ai concocté une p’tite playlist qui n’est pas celle du concert mais qui correspond plus ou moins à mes morceaux préférés (playlist qui connait actuellement des bugs à cause de Deezer, les morceaux ne peuvent pour le moment être écoutés entièrement tsss… mais ce sera apparemment réparé dans les plus brefs délais, comme toujours). Enjoy !

Hypnotisée par Pauline Croze aux Bouffes du Nord

Véritable choc musical que ce concert de Pauline Croze hier soir aux Bouffes du Nord dans le cadre du festival Fragile. Difficile donc d’en parler car je suis toujours sous le coup de l’émotion -des émotions plutôt, que j’ai pu vivre hier soir grâce au doux magnétisme de cette artiste.

Je ne vous reparlerai pas du cadre enchanteur des Bouffes du Nord dont je ne me lasse pas (je crois qu’il a gagné le statut de « mon théâtre parisien préféré », parce que  franchement wow) et qui a l’avantage de ne pas laisser passer la chaleur (vive les vieilles pierres). Le cadre du concert était donc plus que prometteur, sans parler de l’acoustique de la salle et des fabuleux jeux de lumière .

1

Première partie esquivée (et là, on est content, vu la désastreuse première partie du concert de Jason Mraz avant-hier soir), c’est Pauline qui entre directement en scène, pour notre plus grand bonheur.

Elle est seule sur scène, toute frêle et presque intimidée devant nous et devant cette magnifique salle, assez impressionnante lorsqu’on en est le centre, j’imagine, avec pour seuls instruments 2 guitares et un vibraphone (joué merveilleusement par Nicolas Matthuriau), pour nous offrir une promenade poétique et étonnante dans son répertoire.

2

Toutes les chansons que je préfère ont été revisitées, réarrangées pour leur donner d’autres couleurs, des tons et des nuances que je n’aurais pas du tout soupçonnées. C’était magnifique. J’avais vu Pauline il y a quelque temps pour la promo de son second album (que j’aime moins que le premier) et  j’étais passée un peu à côté de quelques chansons. Ici, j’ai pu en redécouvrir certaines qui m’ont paru vraiment différentes avec ces nouveaux arrangements, notamment « Jour de Foule » et « Valparaiso » (une version sublime voix/vibraphone). Sinon, de très très très (je continue ?) beaux moments plein d’émotion sur « T’es beau », « Mise à nu », « Quand je suis ivre » (ma préférée), « Légère (soulève-moi) », « Jeunesse affamée », « Dans la chaleur des nuits de pleine lune »… Je pourrai continuer longtemps !

Deux invités également, Spleen, un chanteur franco-camerounais que je ne connaissais et dont le mystérieux « Stylo et stéréo » a eu un peu de mal à arriver jusqu’à moi (bouh, je suis vilaine). En revanche, excellente surprise que ce duo avec l’excellent Hugh Coltman, dont j’aime beaucoup l’album et la très jolie reprise en duo de « On my hands ».

3

Premier rappel avec une reprise guitare/voix de « Julia » des Beatles, puis du génialissime « Je suis floue »… Quelle tendresse, quelle douceur, quelle féminité ! Pour bien terminer, un dernier rappel improvisé sur « On my hands » avec Hugh Coltman (qui a passé le concert vautré sur un coussin en plein milieu du public huhu), Spleen, et  Nicolas Matthuriau… juste leurs voix et quelques notes de guitare et de vibraphone. Un bonheur !

Jason Mraz au Zénith de Paris

Hier soir, j’ai testé pour la première fois le principe du concert-sauna avec Jason Mraz sur la scène du Zénith de Paris ! Sincèrement je crois que je n’avais jamais eu aussi chaud pendant un concert, il devait faire au moins 40°C là-dedans et c’était tout simplement l’enfer (au sens propre pour une fois!).

En première partie, pour prolonger le calvaire, le groupe Holden que je ne connaissais pas et que je ne connaitrai surement jamais après ce que j’ai vu et entendu hier soir. Un groupe prétentieux qui visiblement devait penser « oh nous, nous sommes des chanteurs à textes, tu vois, c’est de la vraie musique, pas comme l’autre là, Jason Machin… » et qui donc s’est fait un peu huer par le public (moi je n’en avais même plus l’énergie, je pensais juste ventilateur et bouteille d’eau glacée !). Bref, c’est pas le tout de se la raconter mais faut au moins assurer derrière alors que finalement niveau textes et mélodies c’est du déjà-vu (enfin pour moi, c’est même inaudible), sans compter que le guitariste jouait super faux et je ne vous parle même pas de la chanteuse… Si ça vous intéresse quand même, vous pouvez les écouter sur leur Myspace.

holden

21h, arrivée tant attendue de Jason Mraz, qui heureusement est capable de te faire passer 1h45 de concert-sauna des plus agréable. Ouf ! Alors, j’entends déjà les critiques (si si), certes Jason Mraz c’est pas révolutionnaire, il n’invente rien, mais ce n’est pas de la soupe pour midinettes non plus ! C’est de la vraie feel-good music à la Jack Johnson qui donne envie de s’étaler dans l’herbe au soleil avec un p’tit vent frais qui vient te chatouiller la nuque…(bref, tout ce dont on manquait hier soir !).

1

Capable de zigzaguer entre funk, jazz, reggae et de balancer une balade voix-guitare sèche, Jason n’a cessé de m’étonner pendant tout le concert. Avec sa nonchalance irrésistible et son charisme « tout en douceur » (si, si, c’est possible), impossible de ne pas être charmée ! Bref Jason, « ça fait du bien par où qu’ça passe » !

2

J’avais un peu peur que la salle soit remplie d’adolescentes hystériques en rut mais en fait, non ! Les silences pendant les balades étaient plutôt bien respectés (sauf exception). Pas mal de chansons du premier album, mais surtout de très jolis moments issus de son dernier album « We sing. We dance. We steal things », particulièrement sur « Only human », « Butterfly », « Lucky » (en duo avec le public) et « If it kills me ». Par contre, et ça ne tient qu’à moi, je garde une préférence pour la version studio de « I’m Yours » où l’on entend toutes les p’tites subtilités dans le rythme, la mélodie et la voix, alors qu’en live, à part les voix des pintades qui beuglent en duo avec Jason, mouais…!

3

Bref, au final un très bon moment malgré des conditions désastreuses. Bravo Jason !

Et ce soir, encore un concert mais avec Pauline Croze cette fois, et aux Bouffes du Nord. Il fera frais (yeahhhh) et avec Pauline, ce sera forcément très chouette !

Page 3 sur 612345...Last »

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram