Musées & Lieux de Culture à Paris

Page 2 sur 612345...Last »

Promenade Hivernale au Musée Rodin

Comme pour faire écho à ma dernière balade dans le jardin du musée Rodin, j’ai eu récemment une envie impromptue de m’y promener, appareil photo à la main, car ça faisait un petit moment que je n’y étais pas allée alors que c’est l’un des endroits que je préfère à Paris.

Au passage, j’en ai évidemment profité pour visiter la toute petite expo « Matisse & Rodin » présentée par le musée jusqu’au 28 février prochain. Pour la première fois, regroupant collections publiques et privées, la quasi totalité des sculptures de Matisse sont présentées au public, associées à celles de Rodin comme autant de miroirs tendus par le maître. L’expo s’attache à mettre en évidence les liens qui unissent les œuvres entre elles, les aspirations communes des artistes, les sujets communs explorés (comme la danse), chacun tentant de parcourir les voies nouvelles ouvertes par l’Art Moderne rompant progressivement avec le figuratif et les dogmes académiques. Le corps en mouvement, qui s’élance, se tend, se crispe, se tord, se métamorphose ou se fige est au cœur des problématiques esthétiques des deux hommes. Parfois l’épure se substitue au détail, parfois, au contraire, seules les aspérités d’un visage grimaçant sont travaillées en profondeur. C’est donc une expo intéressante dans l’ensemble mais assez mal conçue tant la circulation manque de fluidité (trop de groupes !) et les sculptures et dessins semblent compressées dans des espaces trop réduits. Les œuvres sont belles, l’expo est intéressante et pertinente mais j’en ressors un peu déçue quand même.

expo
Matisse

Après la visite de l’exposition, je suis donc allée me balader dans le jardin du musée au milieu des sculptures si vivantes et lumineuses de Rodin. Il ne faisait pas beau du tout, comme vous pourrez le voir, mais le blanc/gris du ciel donnait aux statues comme une lueur spectrale inquiétante et mystérieuse !

0
1
2_big
3
4
56
7
7_bis
89
10
11
13__
12_BIG

Pour voir plus d’images du jardin du Musée Rodin aux beaux jours, c’est par .

C’est où ?
« Matisse & Rodin » au Musée Rodin.
Jardin du Musée Rodin.
79, rue de Varenne (7è) – M° Varenne
Expo ouverte tous les jours sauf le lundi, de 10h à 17h45, jusqu’au 28 février.

Quelques pas dans les collections permanentes du Musée Guimet

Il y a quelques mois, j’avais commencé à vous emmener faire des petites balades dans les musées parisiens que j’ai eu la chance de visiter gratuitement avant mes 26 ans (c’était par ici). Depuis la vieuture, je dois me contenter d’attendre le premier dimanche de chaque mois pour visiter un musée à l’œil mais à mon grand étonnement, je dois avouer que ça ne marche pas trop mal. J’arrive à m’y tenir ! C’est dans ce cadre que je suis allée découvrir (pour la seconde fois) il y a quelques semaines le magnifique Musée Guimet, Musée National des Arts Asiatiques.

1

Juste pour vous situer un peu, le Musée Guimet s’est constitué à l’initiative d’Emile Guimet (1836-1918), industriel et érudit lyonnais qui réussit à réunir d’importantes collections d’objets d’art grâce à de nombreux voyages en Égypte et en Grèce, puis lors d’un tour du monde en 1876, avec des étapes au Japon, en Chine et en Inde (lucky bastard). Par la suite, il s’est spécialisé dans les objets d’art asiatiques et a transféré ses collections dans le musée qu’il a fait construire à Paris et inauguré en 1889. En 1927, le musée Guimet a été rattaché à la Direction des musées de France et regroupe aujourd’hui d’autres collections et legs de particuliers. C’est désormais la plus grande collection d’art asiatique hors d’Asie.

Je suis malheureusement limitée, à la fois par mes connaissances trop sommaires dans les Arts Asiatiques et aussi par un manque de temps mais j’essaierai de vous faire un billet plus complet et plus précis en 2010 (et d’accroître mes connaissances par la même occasion, bien évidemment !). Voici tout de même un petit tour d’horizon en mots et en images de ce que l’on trouve dans les collections permanentes du musée.

2

Au rez-de-chaussée, le Cambodge est particulièrement bien représenté. La collection khmère est d’ailleurs la plus complète au monde en dehors de l’Asie et illustre de manière exhaustive l’évolution du décor architectural et de la statuaire des environs du VIIè au XIXè siècle. Pas mal de salles également sur le Vietnam, qui est le seul pays d’Asie dont la culture a été fortement marquée par la civilisation chinoise. Cette influence, liée à un millénaire de domination (de 111 avant Jésus-Christ à 905), a nourri un art profondément original ! Une autre section du rez-de-chaussée est consacrée au Laos (et à la Thaïlande), mais surtout à la Birmanie. On voit que les royaumes qui se sont succédés sur le territoire actuel de la Birmanie ont favorisé des arts essentiellement bouddhiques (comme en Thaïlande et au Laos).
Le reste des salles du rez-de-chaussée est consacrée à l’Indonésie mais surtout à l’Inde. Cette section est constituée d’une part, de sculptures (terre cuite, pierre, bronze et bois) s’échelonnant du IIIè millénaire avant notre ère jusqu’aux XVIII-XIXè siècles de notre ère, et d’autre part, de peintures mobiles ou miniatures, du XVè au XIXè siècle. Beaucoup de très belles choses !

12
3
45
6
78
9

Au premier étage, quelques salles sont consacrées à l’Asie Centrale et notamment à l’Afghanistan car c’est par là que se diffusera le bouddhisme vers l’Asie du nord-est, aux environs de l’ère chrétienne, et plus tard le rayonnement de l’Inde gupta. Les pièces rassemblées illustrent l’art des grands centres bouddhiques, qui sont autant d’étapes de la progression des caravanes sur le parcours oriental de la route de la Soie.
Sinon, la majeure partie de l’étage est consacré à la section chinoise qui compte environ 20.000 objets (répartis également en partie sur les étages supérieurs pour les périodes plus récentes) couvrant sept millénaires d’art chinois, depuis ses origines jusqu’au XVIIIè siècle. Les collections dépendant du domaine archéologique s’ouvrent sur la période néolithique avec des jades et des céramiques et se poursuit avec des bronzes des dynasties Shang et Zhou. On trouve de magnifiques sculptures relevant de l’art bouddhique et les arts décoratifs sont également bien représentés et offrent un panorama très complet de l’histoire de la céramique chinoise. La peinture est également présente à travers un millier d’œuvres s’échelonnant des Tang aux Qing.
Le reste de l’étage est consacré à l’Asie Himalayenne (Tibet et Népal). L’ensemble formé par les thang-ka et les bronzes népalais et tibétains des périodes anciennes s’est enrichi de façon importante grâce à la donation Fournier en 1989 qui comporte au total une centaine de pièces. En 1993, le legs de Jean Mansion a permis des acquisitions d’art sino-tibétain des XVIIIè et XIXè siècles. L’art népalais est quant à lui illustré par plusieurs couvertures de livres peintes (XIIè-XIVè siècle), de sculptures métalliques dont les dates s’échelonnent du XIè au XIXè siècle, ainsi que de plusieurs images en bois (XVIè-XVIIIè siècle) et de divers objets liturgiques.

1
23
4
56
78

Le deuxième étage est celui qui m’a, je crois, le plus plu puisqu’il est principalement consacré au Japon (et un tout petit peu à la Corée mais dans une moindre mesure). Les collections de la section japonaise, comptant environ 11.000 œuvres, offrent un panorama extrêmement riche et diversifié de l’art japonais depuis sa naissance, au cours des IIIè-IIè millénaires avant notre ère, jusqu’à l’avènement de l’ère Meiji (1868). Elles illustrent notamment, après les phases archéologiques de Jômon (vases et figurines de terre cuite), Yayoi et Kôfun, les développements essentiels de l’art bouddhique dans l’archipel. Un ensemble de sculptures et peintures sur soie, exceptionnel par sa qualité, permet de saisir les évolutions tant stylistiques qu’iconograhiques de cet art du VIIIè au XVè siècle. Magnifique !

1
23
4
56
7

Voilà de quoi, je l’espère, vous donner envie de vous y rendre à l’occasion. Pensez à prendre l’audio-guide à l’entrée, il est gratuit.

C’est où ?
Musée national des Arts asiatiques Guimet
6, place d’Iena (16è) – M° Iena
01 56 52 53 00
Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h.
Article réalisé grâce aux précisions apportées par le site du Musée Guimet.

Ma rentrée culturelle

Comme je vous l’avais dit la semaine dernière, je me suis rendue ce week-end à « Spectaculaire », l’évènement de la rentrée à ne pas manquer, surtout lorsqu’on est accro aux sorties culturelles comme je le suis !

J’ai trouvé l’événement encore mieux organisé que l’an dernier et je l’ai d’autant plus apprécié.
A noter cette année: toujours beaucoup de spectacles gratuits, beaucoup de choses bizarres mais drôles (cf photo n°4 ci-dessous… oui, je ne sais plus comment m’amuser !), des stands en veux-tu en voilà pour préparer son année culturelle, des kilos de programmes portés par des bras musclés (huhu), une dégustation de gouda qui pue (mais qu’est bon !), des discussions avec plein de gens sympas et passionnés, des transats pour végéter au bord de la Seine (mais toujours de façon culturelle, évidemment !), la carte MuséO quasiment donnée, des tonnes d’idées et d’envies à la clé…

Voici quelques images pour vous montrer à quoi ça ressemble :

12
33bis
4
67
89

Comme je vous le disais, cet évènement a été pour moi l’occasion de faire le plein d’idées de sorties culturelles pour l’année. Beaucoup de bonnes choses au programme pour 2009-2010, je ne vais plus savoir où donner de la tête, la preuve en images :

last


Quelques mots sur la/ma rentrée culturelle, sinon.

Côté théâtre
, je suis déjà allée voir quelques pièces: « Pièce détachée » à la Gaîté Montparnasse comme je vous le disais hier, mais aussi « Vie Privée » d’après « The Philadelphia Story » de Philip Barry au théâtre Antoine avec Julien Boisselier et Anne Brochet et aussi « Traversée de Paris » de Marcel Aymé par Francis Huster aux Bouffes Parisiens (billet à venir cette semaine).

Au delà de ça, j’ai fait aussi pas mal de repérages pour les prochains mois :
* « Sentiments provisoires » mis en scène par Bernard Murat au magnifique théâtre Edouard VII avec Arditii, Berléand et Sylvie Testud. J’ai vraiment hâte !
* « Le Quatuor » au théâtre des Variétés
* Florence Foresti au Palace dans « Motherfucker » (mais ça c’est déjà prévu puisque j’ai eu 2 places pour mon anniversaire)
* « Le démon d’Hannah » d’Antoine Rault à la Comédie des Champs Elysée (à partir du 25 septembre)
* « Douze homme en colère » au théâtre de Paris, avec Michel Leeb, à partir du 8 octobre.
* Sami Frey joue « Premier Amour » de Beckett à l’Atelier, à partir du 3 novembre.
* « Un tramway nommé désir » ma pièce préférée de Tennessee Williams mise en scène par Krzysztof Warlikowski à l’Odéon avec Huppert dans le rôle de Blanche ! (à partir du 4 février 2010)

Sans oublier certainement un passage à la Comédie Française et au théâtre du Rond Point, car plusieurs spectacles me tentent bien !

Côté expos, il y a également de quoi faire ! Il y a quelques jours, je suis allée voir l’expo sur Louis Comfort Tiffany au Musée du Luxembourg. Je vous en parlerai plus dans quelques jours, mais en bref, j’ai trouvé l’expo très courte (comme toujours au musée du Luxembourg, je le hais !) et vu les tarifs c’est carrément du foutage de gueule. En revanche, les œuvres exposées sont sublimes… A vous de voir, donc !

Et sinon, au programme pour les prochains mois (je ne vous parle pas des expos de la rentrée 2010, parce que sinon, j’en aurai pour des lustres, hein, chaque chose en son temps !)
* L’expo « Graffiti, né dans la rue » à la Fondation Cartier, la prochaine sur ma liste (qui se termine le 29 novembre prochain)
* Toutes les expos du Musée du Quai Branly pour les prochains mois me plaisent bien a priori, surtout « Teotihuacan, Cité des dieux » (je vous en parle la semaine prochaine)
* « L’Or des Amériques » jusqu’au 11 janvier prochain au Musée d’Histoire Naturelle.
* « Renoir au XXè siècle » au Grand Palais (jusqu’au 4 janvier 2010)
* « De Byzance à Istanbul – Un port pour deux continents » au Grand Palais (du 10 octobre au 25 janvier 2010)
* « Rivalités à Venise: Titien, Tintoret, Véronèse » au Louvre (jusqu’au 4 janvier 2010 également)
* Un diptyque sur la peinture flamande -qui m’intéresse particulièrement après mes séjours à Bruges/Bruxelles cette année- : « De Rembrandt à Vermeer, l’âge d’or hollandais » à la Pinacothèque (du 7 octobre au 7 février) et  l’exposition « Bruegel, Memling, Van Eyck, la collection Brukenthal » au musée Jacquemart-André (jusqu’au 11 janvier)
* La Révolution Française s’expose au Musée Carnavalet à partir du 30 septembre.
* Soulages à Beaubourg (du 14 octobre au 8 mars 2010)
* « Matisse et Rodin » au Musée Rodin (du 23 octobre au 28 février 2010)
* « Fellini, la Grande Parade » au Jeu de Paume (du 20 octobre au 3 janvier)
* « La légende du roi Arthur » à la BNF (du 20 octobre au 24 janvier 2010)
* Du 16 décembre au 5 avril, des œuvres de Delacroix vont retrouver les murs de l’atelier du peintre dans le musée parisien (dont je vous parlais il y a quelques semaines) pour une exposition unique.

(…)

Sans oublier tous les salons intéressants des prochains mois: le salon du chocolat (14-18 octobre), le salon de la photo (15-19 octobre), la FIAC (22-25 octobre), le salon « Cuisinez ! »(23-25 octobre), le salon Marjolaine (7-15 novembre)…

Une bonne partie des stands de « Spectaculaire » était consacré à la musique classique et c’est là, je crois, que j’ai fait le plus de repérages, il sera difficile de choisir ! Néanmoins, j’ai quand même trouvé de bonnes affaires du côté de la salle Pleyel et du théâtre des Champs Elysées. J’ai également bien envie d’aller voir la comédie musicale « Les Misérables » qui sera présentée au théâtre du Châtelet en mai 2010, d’essayer de me faire un concert de Radio France au Collège des Bernardins… A suivre !

Dernières miettes d’été à Paris # 1 – La Pagode

Ça fait quelques années déjà que je fréquente le cinéma la Pagode. Côté ciné, on ne peut pas dire que ce soit du plus grand confort (c’est en perpétuelle rénovation) mais aller voir un film là-bas permet de s’évader un peu, puisqu’il s’agit d’une authentique pagode japonaise venue par bateau en 1896, remontée pierre par pierre, offerte par un mari pour sa femme. Romantique, hein ?

12
34
5
67

L’été venu et lorsque le temps est clément, ils sortent quelques tables dans la cour pour une pause thé plus que bienvenue et très agréable après une petite séance ciné (surtout lorsqu’il fait très chaud puisque les salles ne sont pas climatisées !). A la carte: des thés de Chine très dépaysants et rafraichissants, thé vert au jasmin, thé au ginseng, thé rouge Hao Lin, Sou Tsian, etc… et quelques pâtisseries aux fruits plutôt bonnes (tarte aux pommes, aux figues, poires ou myrtilles, sablé aux abricots et éclats de pistache…).

tea_time

C’est où ?
La Pagode
57, rue de Babylone (7è) – M° St François Xavier
Salon de thé dans la cour intérieure uniquement aux beaux jours, de 15h à 21h, entre les séances.

Page 2 sur 612345...Last »

Little Miss Chatterbox

Suivez moi aussi par ici …

instagram